Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.01.2015

La fabrique de textes 2 : bouillie

J'ai les idées en bouillie comme de la purée de la purée de pommes de terre des pommes de terre cuites à l'eau des pommes de terre écrasées passées moulinées avec un vieux moulin en fer comme celui de ma grand-mère des pommes de terre mélangées avec du lait et une noix de beurre salé c'est bon la purée de pomme de terre quand elle est faite maison avec une noix de beurre salé c'est bon la purée de pomme de terre mélangée avec du gruyère ça s'étale dans l'assiette avec le dos de la cuillère ça remplit la bouche ça s'infiltre dans tous les interstices ça se répand partout ça dégouline la purée de pommes de terre ça sort de la bouche comme de la mousse ça gicle entre les dents c'est plus ou moins pâteux c'est plus ou moins liquide c'est plus ou moins compact la purée de pommes de terre avec une noix de beurre salé et du gruyère et une pincée de muscade en poudre et quelques grains de poivre plus c'est compact moins ça dégouline la purée de pommes de terre plus c'est inconsistant plus ça s'étale la purée de pommes de terre plus il y en a dans l'estomac moins il y en a dans l'assiette de la purée de pommes de terre purée de moine j'ai les idées en bouillie c'est bon la purée de moine avec du lait une noix de beurre salé quelques grains de poivre une pincée de poudre de muscade et du gruyère râpé c'est bon la purée je vous le dis j'ai les idées en bouillie.

24.11.2014

Malgré tout vivre

Depuis longtemps depuis les bancs de mon enfance

je crois que j'ai deux vies

l'une de conformisme de soumission et de compromissions

l'autre de révoltes de dissidence et de passions

l'une faite d'ordre et de cohérence

l'autre de chaos et de contradictions

dans l'une les apparences sont sauves

dans l'autre les faux-semblants se fissurent

l'une est peuplée de certitudes géométriques

l'autre de doutes plus sucrés que des grains de grenade

dans l'une mes costumes sont aussi sombres que l'hiver

dans l'autre mes habits sont ceux des trouvères

l'une est de cadrans analogiques qui règlent mes pas

l'autre est de quais de gare où les trains sont toujours sur le départ

dans l'une mes phrases ont l'aridité du réglementaire

dans l'autre je fredonne les paradis perdus

Depuis longtemps je crois aussi que j'ai deux cœurs

l'un accorde ses sentiments avec parcimonie

l'autre est tendre comme celui des artichauts

Depuis longtemps depuis les bancs de mon enfance

je crois que j'ai deux vies

Depuis longtemps depuis les bancs de mon enfance

j'essaie de vivre malgré tout.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, fabrique (de), littérature, poetry |  Facebook | |

23.11.2014

Variation 3

Lui de sa bouche

effleure ses lèvres

les rides de son front

Elle ferme les paupières

Lui embrasse son cou

le creux de ses reins

son ventre si doux

Elle à ses épaules

les mains accrochées

murmure qu’Il est fou

Elle Lui s’étreignent

comme si c’était

la dernière fois.

16.11.2014

La fabrique de textes 1 : suis-je assez clair ?

e x p l i q u e r

é c l a i r c i r

rendre clair donner de la

c l a r t é

et si je ne comprenais pas

ce que précisément j'explique 

comment expliquer ce que j'explique ?

l'explication doit cesser

oui mais la c l a r t é

suis-je assez clair ?

lueur OUI lueur

entrevoir une lueur

c'est facile à comprendre NON ?

voir clair

les faits sont clairs – pour qui ?

c l a r t é c l a i r

enfin

c'est clair comme de l'eau de roche

c'est clair comme de l'eau de source

c'est clair comme de l'eau de boudin

c'est clair comme de

c'est clair et net

c'est clair

NON ? NON ?

c l a r t é

clarté cognitive cog ni ti ve COG NI TI VE

COG NI QUOI

e x p l i c i t e e x p l i c i t e r

transparence

croyance mythe

c l a r t é OUI mais OUIII

c l a r t é

suis-je assez clair ?

06.11.2014

Variation 2

Lui à la fenêtre la cigarette

aux lèvres dans

la lumière crue

Elle nue recroquevillée perdue dans

les draps blancs endormie

Lui regarde sourit Elle

s’éveille regarde Lui

marche se penche Elle

Lui s’embrassent s’enlacent

s'aiment à

petits cris.

29.10.2014

Doute

Serait-ce

poser les signes du silence

inscrire les marques de l’absence

créer l’espace du vide

que d’exister ?

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, littérature |  Facebook | |

18.10.2014

Variation 1

Elle la main sur

le drap relâchée

sur ses reins Lui

la jambe pliée

de l’autre main Elle

caresse le sexe de

Lui la bouche perdue

sur sa nuque

Elle les yeux grands ouverts

Sous le regard du

miroir suspendu.

Ecrire

Poser un mot

le polir comme galet

construire le sens prendre le temps

et dans toute sa dimension

poser encore un mot

puis un autre

et un autre encore

comme graviers blancs

tracer l’allée qui serpente

artère de l’existence.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, poetry, littérature |  Facebook | |

14.07.2014

Comme au tout début

Plus rien

Ni visages               ni objets

                                   pour se souvenir

Comme                   au tout début

Juste

La pulsation du sang

                                   dans les artères

Et le souffle de l'air     expiré

Dénuement                 radical

Dans l'attente

                                        dernière.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems |  Facebook | |

29.06.2014

Last dance

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

Des bracelets de rêves oubliés

brillaient à tes poignets

Dans la lumière bleutée

je voyais ta bouche poisseuse

de gloss trembler

et le désir s'évanouissait

aux accords vénéneux des claviers

et le désir s'évanouissait

 

Je te regardais danser

dans les éclairs glacés des stroboscopes

A tes paupières fardées

perlaient des larmes

que j'aurais voulu lécher

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

 

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

et mon cœur était glacé

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

et mon cœur était glacé

et mon cœur était glacé.