Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.09.2019

Album of the Month : "Providence" by Shannon Wright

J'attendais avec impatience la sortie du nouvel opus "Providence" de Shannon Wright depuis l'écoute de "These Present Arms". Un album piano-voix annoncé (pas tout à fait). Sept titres prévus.

Des frissons à l'écoute du somptueux "Wish You Well" ou du non moins magnifique "Disguises".

Des frissons à l'écoute de ce chant, de cette voix, de cette interprétation.

Juste se laisser emporter.

Incontournable.

 

 

12.05.2019

Album of the Month : "Designer" by Aldous Harding

Depuis son premier et superbe album découvert en vinyle bien avant sa parution en France, je suis avec attention Aldous Harding. La voici de retour avec un troisième opus "Designer". Je suis rarement intéressé et encore moins convaincu par la lecture des critiques d'albums publiés ça et là et c'est le cas encore cette fois-ci. Déconcertant à la première écoute, force est d'admettre que ce nouvel album s'impose peu à peu comme un nouveau pas dans la voie tracée par l'artiste. C'est peut-être le troisième titre  "Zoo Eyes" par le choix du contraste vocal qui m'a littéralement accroché à la seconde écoute. Ce que j'attends d'un artiste n'est pas la répétition du même ou la nouveauté à tout prix quitte à se perdre dans les affres du son à la mode, des arrangements convenus ou des thèmes dans l'air du temps. Ce que j'attends, c'est qu'il se dégage un "quelque chose" qui n'est pas de l'ordre de l'attendu et qui témoigne d'une "personnalité", que "quelque chose" entre en résonance sans que l'on sache vraiment quelles en sont les raisons, sans avoir besoin de "théoriser" même si je sais bien que les producteurs emploient bien souvent de multiples ficelles. En cela, le dernier album d'Aldous Harding témoigne d'un engagement à tracer un chemin sans céder à tous les artifices qui en auraient assuré un succès facile. La majestueuse "Damm" - qui ose encore écrire un titre de plus de 6 min à part Manset et quelques autres - ou la somptueuse "Pilot" qui clôture l'opus témoignent de cela. Et que dire de cette chanson "Weight of the Planets" qui s'étire sur près de 5 min en ayant peu de chance de passer dans les médias ou de "Heaven is Empty" et son interprétation magistrale dans un quasi-dépouillement musical ! Ce sont peut-être ces titres en premier lieu qui, à mes yeux, font que cet album est de ceux qui figurent dans mes choix de ces dernières semaines. 

24.03.2018

Song of the Day & Album of the Week : "Not a Siren Song" by Vanessa Philippe

Ce n'est pas la première fois que je signale une chanson ou un album de Vanessa Philippe. C'est comme ça, j'ai un petit faible inexplicable pour elle. Voici le premier clip pour "Not a Siren Song", titre extrait du nouvel opus "A l'abri du vent" paru le 23 mars.

Un opus à découvrir avec de très belles ambiances telles que "Un cheveu", "A l'abri du vent", "Tout près du large". Un album très agréable à écouter.

 

 

 

 

 

Album of the Month : "Sortie 21" by Sammy Decoster

Quel plaisir de retrouver Sammy Decoster avec un nouvel album "Sortie 21". Celui qui officie aussi au sein du duo Facteurs Chevaux revient avec un opus de 12 titres découverts récemment lors d'un concert superbe où ce nouvel album était présenté. J'avoue avoir un faible pour des chansons telles que "Je veux être à vous", "Reviens", "Les carillons de l'automne", "Je mentirais" où toute la sensibilité de Sammy Decoster se déploie. Mais, sur scène, tous les titres s'enchaînent parfaitement avec une formation en trio, guitare-chant, basse, batterie, parfaitement rodée.

A découvrir le 30 mars.

 

10.02.2018

Après avoir écouté « Le seul moment » de Lou

Après avoir écouté « Le seul moment » de Lou

pour Lou

 

Un soir de décembre,

dans ma boîte aux lettres,

déposée par le facteur,

j'ai découvert une enveloppe.

Mes doigts ont deviné votre album.

J'aime à savoir qu'il a parcouru

cette distance entre vous et moi

grâce à des femmes et des hommes,

des porteurs de messages,

d'un temps bientôt révolu

où les mots d'amour

parvenaient avec lenteur

à ceux qui les espéraient.

Je l'ai laissé posé sur la table

seul, en instance.

Je suis parti, appelé par l'ordinaire du quotidien.

Il était là, abandonné sur la nappe de fêtes, rouge.

J'ai juste eu le temps de transférer

sa version numérique sur ma machine à MP3.

Le matin suivant, à six heures,

le vent soufflait et les vagues étaient mauvaises

quand j'ai emprunté la route qui longe la mer.

J'ai rejoint la gare où un TGV

devait m'emporter vers la capitale,

vers les obligations de ce monde.

Et son bruit.

J'étais assis, seul.

J'ai sorti ma machine à fichiers compressés,

posé le casque sur ma tête,

fermé les yeux, appuyé sur la touche lecture.

J'ai passé une partie de mon voyage

en votre compagnie, dans une maison en ruines,

en imaginant votre corps onduler lentement

au son de votre chant – je ne vous ai jamais vue

et écoutée sur scène. Je vous voyais danser,

de ces danses où le corps s'abandonne

au seul moment.

Je vous ai toujours imaginée danseuse

avant même que d'être chanteuse.

Il y a dans vos chansons, leur musicalité,

un ondoiement, une lente pulsation

qui transporte peu à peu dans un état second.

Comme quand, dans l'eau, sur le dos,

au rythme lent de la houle,

le ciel d'été tangue.

Quand j'ai ouvert les yeux,

par la vitre balayée de pluie,

j'ai aperçu des arbres qui pliaient sous les rafales.

J'ai cru y voir de vieux fantômes.

Il y a toujours cette forme de paradoxe

déjà si présent dans votre précédent album.

Elle est votre signature, gravée sur le tronc

d'un arbre au fond de la forêt.

La gravité du propos alliée à cette légèreté

ondoyante. L'épure aussi.

Aller à l'essentiel.

On sort pas indemne de l'écoute

de vos chansons.

Qu'elles nous disent quelque chose de vous

n'a finalement que peu d'importance. Non.

L'essentiel est qu'elles nous parlent de nous.

Un chant universel

qui se déploie dans une grâce ondulante et paisible.

J'ai repris le train, parcouru le chemin

en sens inverse.

J'ai fui le bruit du monde,

j'ai retrouvé la femme qui m'a emmené

loin du pays des ombres.

Vers d'autres contrées.

Des contrées oubliées.

Que je croyais inaccessibles.

Là où le bonheur a le droit d'exister.

Là où le plaisir naît du désir dans les regards.

Là où l'amour n'est pas chimère mais juste

de l'ordre du possible.

 

19.11.2017

What I listen to this year 2017 : Album "All the Way to Rio" by Anna Terheim

Rien qu'à l'écoute de sa voix - je ne sais pourquoi et je ne cherche pas à le savoir - une onde de frissons s'empare de mon corps. Anna Ternheim est de retour avec un nouvel opus de huit titres.

A déguster en ce matin de brumes.

04.11.2017

What I listen to this year 2017 : Album "Haze" by Irena Zilic

Second album d'Irena Zilic, "Haze" est une belle découverte. La discographie de cette auteure-compositrice-interprète vivant à Zagreb est disponible sur sa page bandcamp.

Publié dans Album Review, Discovery, Music | Tags : musique, chansonmusic, song |  Facebook | |

21.10.2017

What I listen to this year 2017 : Album "Music For People In Trouble" by Susanne Sundfør

Aller à l'essentiel, épurer, surprendre, ouvrir des perspectives, ne pas se contenter de répéter, tracer sa voie.

Susanne Sundfør est de ces artistes que j'écoute depuis ses débuts.

Encore et toujours elle me surprend, me séduit, m'emporte, me transporte.

Toujours cette voix, ce chant et pourtant encore et toujours comme à chaque fois une redécouverte.

Tout de cet album "Music For People In Trouble" est à déguster. Dès l'ouverture de cet opus par "Mantra", une évidence, un compagnon de cette année, un de ceux que l'on écoute et réécoute, un de ceux où à chaque fois on découvre un détail, une note, un passage, un mot, un silence qui vous le rend essentiel, incontournable.

Impossible de choisir un titre. Tout est à écouter. Alors une sélection arbitraire pour donner envie d'aller s'y plonger.

 

 

30.09.2017

What I listen to this year 2017 : "Holiday Destination" by Nadine Shah

Il y a cette voix qui me fait frissonner, ces guitares qui vrillent mes neurones, cette batterie qui me taraude et ces chansons qui me percutent au petit matin.

Nadine Shah de retour avec encore un album magnifique.

30.04.2017

Discovery : "The Wishing Well" by Susanna Rose

Un jour de printemps, tu cliques sur un lien comme cela, au hasard, et tu entends ce titre qui débute par quelques notes jouées à la guitare, une voix fragile s'élève dans la quiétude du matin. Tu fumes lentement une cigarette, boit à petites gorgées un café et tu te laisses porter. Le nouvel opus de Susanna Rose est disponible sur bandcamp. A découvrir.

 

01.09.2016

Synne Sanden : une artiste à découvrir absolument ! an artist to be discovered !

Il est assez surprenant de remarquer le peu d'écho rencontré en France par la sortie des albums de Synne Sanden, jeune artiste norvégienne. J'avais déjà signalé deux titres il y a quelque temps. La mise en ligne très récente de plusieurs morceaux enregistrés en live dont une nouvelle chanson "Gloom" me donne l'occasion de vous inviter à découvrir les trois albums solo de la demoiselle. En 2011, Synne Sanden réalise son premier album “When Nobody´s Around”, un début remarquable, un des premiers albums les plus enchanteurs de cette année-là :

Puis vient en 2013, "Climbing In The Window", second opus qui démontre immédiatement sa capacité à créer de nouveaux univers musicaux en utilisant tous les registres de sa voix :

Enfin, cette année, un troisième album "In Between Sparks" confirme l'étendue de sa palette. On pourra d'ailleurs écouter les versions de l'album et celles piano-voix mises en ligne de "Wounds" et "Black Pearls" pour mesurer combien Synne Sanden est époustouflante dans son chant et son interprétation. Il serait injuste que cette artiste ne rencontre pas un plus large public à l'instar d'autres artistes scandinaves de ces dernières années telle Susanne Sundfør.

04.08.2016

Album of the Month : "Promise" by Emily Wells

Voici un album paru en ce début d'année 2016 qui est passé presque complétement inaperçu en France. Je suis toujours étonné par l'empressement d'une grande partie de la presse et des blogs spécialisés pour écrire sur les mêmes albums, en reprenant d'ailleurs bien souvent les mêmes éléments tirés des biographies et des présentations de promo. Pourtant, Emily Wells a donné plusieurs concerts en France cette année, on aurait pu penser que son album allait bénéficier d'un peu plus de visibilité.

Violoniste de formation, multi-instrumentiste, productrice, compositrice, interprète, cette artiste américaine peut déconcerter. Difficile en effet de l'assigner à un seul genre tant elle a l'art de combiner de multiples influences et d'employer aussi bien violon que machines, sans oublier sa voix qui est un instrument à part entière dans ses chansons (écouter "Fallin in on It", "Antidote" ou "Light is Drainin") suffira à vous en convaincre.

 

Certes, son album n'est peut-être pas d'un abord des plus immédiats - quoique - mais, plus on l'écoute, plus on découvre la richesse de ses compositions. Auteure déjà de plusieurs albums et de titres magnifiques ("Passenger" par exemple en 2012), Emily Wells délivre un opus qui vous transperce dès le premier titre de 7'30 "Los Angeles". Composé de 11 chansons, cet album est d'une étrange beauté, envoûtante et addictive. Se plonger dans "Antidote", "Falling in on It", "Pack of Nobodies", "Light is Draining", "You Dream of China" et bien d'autres, c'est avoir l'assurance de glisser dans un univers ensorcelant. Rares sont les albums d'une telle cohérence, chaque morceau est non seulement à apprécier pour lui-même mais aussi à replacer en tant qu'unité d'un ensemble plus vaste. Selon moi, c'est son album le plus abouti, celui où elle s'affranchit d'une présence parfois trop prégnante de certaines influences musicales pour créer un opus doté d'une couleur unique.

Un de mes albums incontournables de cette année 2016.

Disponible partout y compris en vinyle sur commande, en écoute intégrale sur spotify.

24.07.2016

Discovery from Australia : "Culture How Could You ?" by Alice Night

De multiples influences viennent nourrir cet album découvert un peu par hasard. En fait, c'est la voix chaude d'Alice Night qui m'a sans aucun doute séduit dans un premier temps en écoutant les deux premiers titres de son album : "Brave" puis "Don't Forget That You Were Born".

En écoutant la suite de cet opus réalisé en collaboration avec le compositeur Robert Davidson, on y découvre de très beaux titres dont "Curious Child" ou "Brains In Their Claws" où la chanteuse déploie toute sa palette.

 

19.06.2016

My Favourite Albums : "A Moon Shaped Pool" by Radiohead

Longtemps, j'ai hésité.

Un nouvel album de Radiohead encensé, j'avais un peu tendance à me méfier de cet emballement des critiques établis. Et puis les deux premiers titres largement diffusés ne m'avaient pas vraiment convaincu.

Cette semaine, j'ai décidé d'écouter cet album dans son intégralité et force est de constater que c'est probablement le disque de Radiohead que je préfère depuis "OK Computer". Ces deux-là seraient ceux que je choisirais dans leur discographie.

Un des mes titres préférés : "The Numbers"

16.06.2016

Album of the Month : "Wrap Your Troubles In Dreams" by Angela Aux

Voici un album qui nous vient d'Allemagne et qui n'a guère rencontré, me semble-t-il, d'écho en France, pourtant cet opus vaut le détour. Il est peut-être l'un des albums folks les plus intéressants de ces dernières années. Sous le nom d'Angela Aux, on trouve Florian Kreier qui n'est pas un nouveau venu dans le domaine de la musique. Il a multiplié les collaborations depuis plus de dix ans (Aloa Input par exemple). Dix titres composent cet album avec des mélodies particulièrement agréables. A découvrir assurément.

Publié dans Album Review, Music | Tags : chanson, musique, angela aux |  Facebook | |