Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.08.2016

Album of the Month : "Promise" by Emily Wells

Voici un album paru en ce début d'année 2016 qui est passé presque complétement inaperçu en France. Je suis toujours étonné par l'empressement d'une grande partie de la presse et des blogs spécialisés pour écrire sur les mêmes albums, en reprenant d'ailleurs bien souvent les mêmes éléments tirés des biographies et des présentations de promo. Pourtant, Emily Wells a donné plusieurs concerts en France cette année, on aurait pu penser que son album allait bénéficier d'un peu plus de visibilité.

Violoniste de formation, multi-instrumentiste, productrice, compositrice, interprète, cette artiste américaine peut déconcerter. Difficile en effet de l'assigner à un seul genre tant elle a l'art de combiner de multiples influences et d'employer aussi bien violon que machines, sans oublier sa voix qui est un instrument à part entière dans ses chansons (écouter "Fallin in on It", "Antidote" ou "Light is Drainin") suffira à vous en convaincre.

 

Certes, son album n'est peut-être pas d'un abord des plus immédiats - quoique - mais, plus on l'écoute, plus on découvre la richesse de ses compositions. Auteure déjà de plusieurs albums et de titres magnifiques ("Passenger" par exemple en 2012), Emily Wells délivre un opus qui vous transperce dès le premier titre de 7'30 "Los Angeles". Composé de 11 chansons, cet album est d'une étrange beauté, envoûtante et addictive. Se plonger dans "Antidote", "Falling in on It", "Pack of Nobodies", "Light is Draining", "You Dream of China" et bien d'autres, c'est avoir l'assurance de glisser dans un univers ensorcelant. Rares sont les albums d'une telle cohérence, chaque morceau est non seulement à apprécier pour lui-même mais aussi à replacer en tant qu'unité d'un ensemble plus vaste. Selon moi, c'est son album le plus abouti, celui où elle s'affranchit d'une présence parfois trop prégnante de certaines influences musicales pour créer un opus doté d'une couleur unique.

Un de mes albums incontournables de cette année 2016.

Disponible partout y compris en vinyle sur commande, en écoute intégrale sur spotify.

04.07.2016

Album of the Month : « Sideration » by Mohini Geisweiller

 

Dans la gravité, une sensation de légèreté, de détachement, une forme d'apaisement.

Comme un mouvement fragile, épuré, qui se prolonge dans l'espace.

Des morceaux addictifs - « Nightclubbers », « Lone Signals » et tant d'autres...

Rien que pour les voix posées sur « The World We Lost ».

Rien que pour cet accent sur ces paroles chantées en anglais qui vous donnent le frisson.

Un album d'une grande cohérence dont les chansons, au fur et à mesure des écoutes », se révèlent être de petits bijoux, des moments de grâce ciselés.

Le retour de Mohini Geisweiller avec l'un de mes albums préférés de ces derniers mois : « Sideration ».

Disponible partout et aussi en album vinyle.

 

06.06.2016

Song of the Week : "Orbit" by Alice Phoebe Lou (Live Session)

Version live de la chanson "Orbit" qui figure sur le premier album du même nom paru en 2016 de la jeune auteure-compositrice-interprète Alice Phoebe Lou. Un très bel album à découvrir. En écoute intégrale sur spotify.

01.05.2016

Album of the Month (2) : "They Moved in Shadow All Together" by Emily Jane White

Voici Emily Jane White qui revient nous enchanter avec onze titres d'une beauté intemporelle. Ce cinquième album est remarquable par la qualité des parties vocales, éthérées, hypnotiques. Accompagnée de musiciens qui excellent à magnifier son chant (violoncelle, basse, batterie), l'artiste californienne délivre des chansons d'une grande pureté, où sont aussi présents piano et guitare. J'avais été emballé par son premier opus "Dark Undercoat" paru en 2008, si celui-ci ne provoque pas le même enthousiasme dû à la surprise de la découverte, il révèle au fur et à mesure des écoutes une artiste parvenue au sommet de son art.

30.04.2016

Album of the Month (1) : "Ghosts of No" by Elysian Fields

Un chant envoutant, une forme de nonchalance, des compositions dont la complexité et la subtilité se révèlent au fur et à mesure des écoutes. C'est le nouvel album d'Elysian Fields, idéal en cet après-midi de ciel gris. Le temps s'étire, je pars à la dérive. Un opus indispensable de ce printemps.

En écoute et disponible sur leur page bandcamp.

 

24.04.2016

Debut Album of the Month : "Black Feathers" by Lew

Auteure d'un premier EP en 2013, Sarah Lewis, chanteuse et guitariste, délivre un premier opus convaincant et captivant du début à la fin. "Black Feathers" est doté d'un style, d'une couleur singulière, ce qui est l'apanage des albums réussis de mon point de vue. Cette réussite est due notamment aux parties vocales, à la présence remarquable de Sarah Lewis pour interpréter ses textes (il y a cette intensité dans la retenue qui me fait parfois penser à Beth Gibbons), aux ambiances et arrangements musicaux.

Aussi à l'aise dans des titres plutôt mélancoliques, des ballades telles "The Dirt", la magnifique "Home", l'hypnotique "Riverstone" que dans des morceaux plus "rock" tels "Lights On" ou "Into Your Love" d'une redoutable efficacité, LEW est la belle surprise scandinave de ce printemps.

Onze chansons à découvrir sur spotify sans tarder.