Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.07.2020

Song of the Week : "Les Danses Anglaises" by Bertrand Belin & Rodolphe Burger

Une évidence.

Cover of the Day : "Grace" by Ian Caulfield

29.06.2020

Album of the Month : "Kitchen Sink" by Nadine Shah

Un nouvel album de Nadine Shah, c'est encore l'occasion d'écouter cette voix et de musarder entre titres à la construction somme toute classique, plus "accrocheurs" et des titres obsédants tel "Prayer Mat" qui conclue avec brio ce nouvel opus.

Song of the Day : "Sleepy Head" by TTRRUUCES

Publié dans Music, Song of the Day | Tags : musique, music, ttrruuces |  Facebook | |

27.06.2020

Love Journey 36

photo, photographie

Photo by Play B., 2019.

Publié dans Love Journey, Photo | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

20.06.2020

Album of the Month : "Comment Vivre ?" by Cheval Blanc

Quatrième volet de "L'Art de la démo", "Comment vivre ?" s'empare de moi dès les premières heures de ce matin d'été. 

Je retrouve Cheval Blanc encore et encore. Depuis la parution de son premier album, il vient m'obséder avec cette voix porteuse de toutes les batailles perdues, des amours enfuies, des épreuves endurées, des espoirs déçus, des éclairs de sombre lucidité, des révoltes qui grondent.

C'est une vieille histoire avec celui qui s'appelle Jérôme-David Suzat-Plessy, ou plus simplement Jérôme Suzat, ou différemment Cheval Blanc. 

Un jour - cela te semble déjà si lointain - tu as entendu une chanson et tu n'as pas pu décrocher. Tu essaies de t'en éloigner mais il revient toujours et encore. Tu as beau ranger ses albums parmi tous les autres dans les étagères, il parvient toujours à faire irruption, à être ton compagnon un soir de doute, d'envie de fuir "le bruit du monde" ou bien au matin après avoir contemplé amoureusement ta compagne endormie.

C'est de l'ordre de l'inexplicable comme une histoire d'amour, ça te prend littéralement aux tripes, parcourt ton épine dorsale, emplit ta cage thoracique d'un "je-ne-sais-quoi" qui te noue la gorge, ça t'obsède. Tu passes et repasses "Une île" co-écrite avec Victoria Davis dont il avait déjà mis en musique des textes que tu prends en "pleine gueule", qui te traversent sans te laisser aucune chance d'être indifférent. "Quand" est aussi signée par Victoria Davis ; à l'écouter, je crois comprendre pourquoi elle fut l'un des premiers textes chantés en français par Cheval Blanc. Il n'y a que lui qui pouvait l'interpréter, lui donner cette densité, ces accents. Une alchimie entre auteure et interprète.

Ecrire sur les démos de Cheval Blanc est sans aucun doute un exercice inutile, un "trop", un bavardage qui vient trahir cette oeuvre unique. Il serait vain de vouloir en faire une lecture ou une écoute analytique, il suffit de se laisser porter par "Beau demain". Juste s'abandonner à ce chant, ces mélodies, ces textes. 

14.06.2020

Concision 101

A l'angle des rues

L’œil bleuté des caméras

Nos vies capturées.

13.06.2020

LP of the Month : "Chante-Nuit" by Facteurs Chevaux

Cette semaine, avec un sourire, une employée de La Poste m'a déposé à distance un paquet qui recélait un trésor à contre-courant des modes : le nouvel opus de Facteurs Chevaux, tant attendu, était enfin là.

Conquis par l'écoute de leur premier album "La maison sous les eaux", j'avais été définitivement envoûté en assistant à l'un de leurs concerts. Leur prestation sur scène n"avait fait que confirmer la complicité de ce duo et l'intensité remarquable de leur premier LP. Je crois qu'ils avaient, ce soir-là, surpris une bonne partie des spectateurs qui ne les connaissaient pas ou que très peu.

Il est parfois difficile après un premier livre ou album particulièrement enchanteur de réussir à provoquer le même effet. Facteurs Chevaux a pris son temps. Tels des artisans qui consacrent sans compter les heures à créer une pièce, un chef d'oeuvre, ce duo est un polisseur de mots, de voix, d'ambiances et de mélodies. A contre-courant des modes, ai-je écrit d'emblée. C'est aussi cela qui distingue cet album. Bien que les influences existent dans la recherche de cette pureté des harmonies et du chant (aux effets quasiment religieux), de cette écriture ciselée, Facteurs Chevaux trace une voix singulière dans le paysage musical actuel.

Classé par certains dans le folk, je ne suis pas certain qu'il convienne de les y assigner. Leur oeuvre est de l'ordre de l'intemporel. Elle aurait pu être entendue, il y a des siècles, dans une chapelle perdue dans quelque val ; elle aurait pu résonner dans des salles aux voûtes de pierre, se déployer au coeur de sombres et mystérieuse forêts. Elle peut résonner dans des espaces de béton et d'acier emplis de centaines de spectateurs, s'emparer de nous qui vivons dans un monde de bruit et de vitesse.

Par la réunion de chacune de leur sensibilité, Fabien Guidollet et Sammy Decoster créent un ailleurs qui dépasse la somme de leur individualité artistique. Une alchimie envoûtante. Un nouvel espace s'ouvre où les chansons se déploient, épurées. Dans ce que l'on pourrait interpréter comme la recherche d'une pureté, d'une sobriété, d'un absolu au service des seules harmonies vocales et des textes, une oeuvre se déploie remarquablement intense. Il n'y a pas de tricherie dans cet opus, pas d'artifice pour aguicher l'auditeur, la prise de risque y est maximale. Tels des tailleurs de pierre, des sculpteurs de marbre, nul retour en arrière possible. A la recherche de leur "palais idéal", créant une oeuvre musicale et chantée qui pourrait nous accompagner vers le "tombeau du silence et du repos sans fin", Facteurs Chevaux nous ensorcelle définitivement.

"Chante-Nuit", Edition Vinyle, 2020. Avec une peinture de Noémie Boullier pour la pochette. Disponible sur Bandcamp.

Deux titres pour partir à la découverte : "Chante-Nuit" (qui donne son titre à l'album) et "Firmament", purs moments d'harmonie vocale et textes ciselés.

08.06.2020

In the streets 44

inthestreets44.jpg

Photo by Play B., 2019.

Publié dans In the streets, Photo | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

07.06.2020

Concision 100

Tracées au cordeau

Rues et places rénovées

Villes de pâle ennui.

Love Journey 35

photo,photographie

Photo by Play B., 2019.

Publié dans Love Journey, Photo | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

Song of the Day & Discovery : "Lend Your Garden" by Avocet

Cette chanson donne donne son nom au premier album d'Avocet, duo formé de Iona Zajac (harpe/chant) et de Sam Grassie (guitare). A découvrir sur bandcamp.

 

28.05.2020

Discovery & Song of the Week : "In Your Eyes I Look Bigger" par Liebeskid

Originaire de Russie, basée en Allemagne, Anja Nischwitz a déjà publié plusieurs titres sous le nom de Liebeskid. Ils sont à découvrir sur Spotify. Il est rare que l'ensemble des titres d'une artiste me plaise mais le timbre de voix, le chant, les compositions et textes, les ambiances et paysages sonores créés font que je suis sous le charme de ses chansons. Des instants uniques d'émotion.

Une des plus belles découvertes de cette année 2020.

Son dernier titre paru chez Unperceived Records.

Song of the Day : "Winterstorms" by Trespassers William

Le retour des Trespassers William avec ce seul titre.

24.05.2020

EP of the Month : "PULL NOIR" by Grand Parc

Voici un EP de 5 titres qui vient illuminer ce mois de mai particulier. Revendiquées comme saturniennes, je ne sais si elles portent à la mélancolie ou si elles évoquent des temps antérieurs à notre temps présent.

En tout cas, de "Souvenir" à "Pull Noir" en passant par "J'ai vu la ville," elles nous emmènent au gré de leurs ambiances musicales et de ce chant au bord de la rupture vers un ailleurs doux amer.

A découvrir absolument.

Publié dans EP of the Month, Music | Tags : musique, chanson, music, song, grand parc |  Facebook | |

16.05.2020

Song of the Week : "Attends" by Hildebrandt

En duo avec Kate Stables (This Is The Kit), une magnifique chanson extraite du dernier album d'Hildebrandt paru en 2019 (îleL).

14.05.2020

Concision 99

Immobile nu

Au bord du sombre abîme

Oscille plonge.

Stone 2

photo,photographie

Photo by Play B., 2018

Publié dans Photo, Stone | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

Wood 7

photo,photographie

Photo by Play B., 2018.

Publié dans Photo, Wood | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

Containment Journey - May 14, 2020 : Covid-19 : De la mort virtuelle

Depuis des semaines, chaque soir, le décompte des décès dûs à la pandémie tombe. Laconiques, les chiffres énoncés dans le médias. Peu d'images dans ce pays ont montré la réalité de ce décompte macabre. Contrairement à d'autres pays où des images et vidéos, certes terribles, ont été diffusées (Italie, Espagne par exemple), la mort dans notre pays reste comme virtuelle. Elle n'a pas de réalité, pas de cercueils, pas d'urnes funéraires, pas d'images, pas de pleurs, pas de cérémonies qui pourraient permettre à tous de mesurer les effets de cette crise sanitaire. Pudeur, peur de choquer, respect, autocensure afin de ne pas affoler ?

Je ne sais mais je pense que la mort fait partie de la vie. La cacher ne permet ni de se rendre compte vraiment de la terrible réalité, ni d'accorder la place à laquelle ont droit nos morts parmi nous. Celle d'exister et de ne pas être réduits à de simples chiffres déshumanisés.

Ce soir, le nombre total de morts représente l'équivalent d'une ville moyenne de notre pays. C'est comme si l'une des villes suivantes (approximativement) n'était plus que cercueils et cendres :

- Abbeville, Aix les Bains, Annemasse, Armentières, Auch, Bègles, Bergerac, Béthune, Bezons, Bois Colombes, Cachan, Cahors, Carpentras, Charenton le Pont, Décines, Dôle, Ermont, Grigny, Hénin Beaumont, Hérouville, Illkirch Graffenstaden, La Garde, La Possession, Laon, Le Creusot,Le Grand Quevilly, Les Ullis, Lunel, Montbéliard, Oullins, Pontoise, Rochefort, Saintes, Sannois, Savigny, Sens, Taverny, Vanves, Vierzon, Villemomble, Villenave d'Ornon, Villeneuve sur Lot, Villiers le Bel, Yerres.

Publié dans containment journey, Textes |  Facebook | |