Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.01.2015

Partout les bêtes fourmillent

A ton regard qui se perd

l'incertain

ce bras cette main cette peau

si claire

cette chair palpée molle sous

les doigts

à qui est ce corps épars

tu ne sais

Ton ventre – est-ce ton ventre ?

te brûle de mille maux

te tiraille de mille désirs

à tes lèvres se bousculent les mots

irruption incandescente

Partout les bêtes fourmillent dans la terre

que tu fouilles

à tes mains sous tes ongles

la matière agglutinée

brune répulsion

où tes pensées s'égarent

et ces voix qui résonnent

dans l'immensité de ta solitude

qui sont-elles ?

résurgences d'un passé oublié

ombres menaçantes sirènes mortifères ?

Dévastée

dans ce monde terrifiant

ton regard se perd

tu t'échappes

murée en de lointaines contrées

où nul ne peut t'effrayer

les lèvres closes

les yeux fermés

comme gisant de pierre blanche

Dans mes dérives nocturnes

à tes foulées les blés se courbent

et ton sourire embrase le ciel

tu ris tu cours

ton prénom est celui d'une déesse

mais déjà

ton regard se perd

mais déjà

ton regard se perd.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poésie, poème, poems, littérature |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.