Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.11.2015

Comme le roseau

le soir tombe

la mer étale lèche l'or de la plage

dans la lumière rasante un paysage incongru

de quiétude de sérénité

je n'ai pas de mots pour dire l'insoutenable

donne-moi la main et serre-moi fort dans tes bras

donne-moi la main et serre-moi fort dans tes bras

parce que ce soir j'ai froid

très froid

nous allons regarder le soleil se coucher

l'horizon se couvrir de rose

et demain matin nous regarderons ce même soleil se lever

comme à chaque jour de l'humanité

et nous continuerons

à vivre parce que nous sommes ici pour vivre

à nous aimer parce que sans amour

serions-nous des femmes et des hommes

et nous continuerons

à chanter parce que les chansons brisent

le silence

à rire parce que sans rires que seraient nos pleurs

donne-moi la main et serre-moi fort très fort dans tes bras

et nous continuerons

à rêver parce que sans rêves il n'y aurait pas d'espoir

à lire parce que libres nous voulons interpréter

à joeur de la musique parce que depuis que nous avons des rituels

elle est nécessité

à danser parce que nous dansons depuis que nous attendons

la pluie

depuis longtemps

depuis la nuit des temps

nous savons la fureur aveugle le bruit des armes et le goût

des larmes

depuis longtemps

depuis la nuit des temps

comme le roseau nous continuons vivants

depuis longtemps

depuis la nuit des temps

nous continuons

debout

Publié dans Autres, Textes | Tags : poems, poetry, poésie, poème, littérature |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.