Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.05.2016

Concision 57

Au geste de sa main

L'espace un instant dilaté

Le temps suspendu.

 

03.05.2016

Concision 56 :

Sa vie pour oreiller

Un homme dort sur un banc

Grouillement de la ville.

 

30.04.2016

Du train soudain

Du train soudain
le golfe à la vue s'offre
la mer étale
d'argent sans une ride
à l'horizon s'unit
au ciel de nuages gris
et cette lumière
qui irradie  la baie
et cette lumière
qui irradie l'océan
elle est je crois
semblable à celle
qui caressait ton corps nu
disparue soudain
cette lumière  qui me hante

 

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |

24.04.2016

Concision 55

Première tulipe

Rouge comme sang séché

Elle veille solitaire.

 

14.04.2016

Concision 54

J'inspire profondément

L'air froid emplit mes poumons

Toujours vivant.

 

09.04.2016

Aucune photographie

Je m’allonge sur le sable des jours à la recherche de la lumière sur ta peau
la texture de ta peau     sensation disparue de mes doigts
pourtant je l’ai si souvent caressée ta peau
si souvent parcourue     si souvent effleurée
de ma langue de mes lèvres de l’extrémité de mes phalanges

Dire cela      dire     « ta peau »     est devenu presque inconcevable
dire     « ta peau »     est de l'ordre de l'effort phonatoire
oser dépasser le silence muré
je ne parviens plus à penser     « ta peau »
j'ai peur de ne plus parvenir à te penser     « toi »

Je m’allonge à la recherche de ton empreinte sur mes rétines usagées
mes dents grincent au flou de ton sourire qui s'est fané
seules trois images fixes – je mesure à présent combien tu déjouais mes tentatives – ont réussi à te capturer

Sur l'une - prise de suffisamment loin pour te surprendre - on devine à peine ton visage la peau de ton corps a le cuivre de l'été     tu es au bord d'un torrent tes cheveux sont mouillés     la couleur de tes yeux n'est pas visible ni celle de tes lèvres tes lèvres qui m'embrassaient     chaudes    humides tes lèvres dont je ne sais plus le goût

Sur les deux autres tu marches de dos – ne pas donner prise - tes cheveux sont libres ils étaient blonds et longs tu portes un jean une marinière des baskets blanches – à l'époque je crois que c'était à la mode mais tu te moquais de la mode
la courbe de tes hanches n'est que sensualité – tout du moins je veux la concevoir comme telle  ces hanches où s'arrimaient mes mains

Insolente beauté minérale

Je m'allonge sur le sable des années à la recherche de cette lumière si particulière qui le soir inondait la baie et la digue de pierres maçonnées où nous marchions
cette lumière je l'espère toujours
à chaque fois que je longe le golfe entre mer et marais
à chaque fois que la brise qui caresse les roseaux me rappelle ton souffle
ton souffle qui peuplait mes nuits

Une quête apaisée

Comprendre bien après     quand l'absence s'est installée au creux des années
la béance infinie du manque
accueillir la douleur l'accepter pour douce compagne

« Aucune photographie » disais-tu
Ne pas être par les grains d’argent emprisonnée à jamais ne pas être comme déjà morte

 

Demeurer présente

Intensément

 

Je m'allonge sur le sable des années je fouille ma mémoire à la recherche de vieux souvenirs
j'ai peur j'ai peur de ne plus parvenir à te penser    « toi »

« Aucune photographie » disais-tu « Aucune photographie »

Publié dans Autres, Textes | Tags : texte, poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |

07.04.2016

Concision 53

Casqués minuscules

Dans la poussière des hommes

Passé désossé.

 

28.03.2016

Concision 52

Le son de la pluie

Occupe l'espace entier

De mes insomnies.

27.03.2016

Un grand sac

J’ai pris

ton sourire ta bouche et puis tes désirs

J’ai volé

tes mots tes mains et puis ta douce peau

J’ai rangé

tout cela dans un grand sac

Et je suis parti

oubliant tes pleurs

J’ai toujours été

un piètre voleur.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |

26.03.2016

Concision 51

Dans l'odeur du soir
Le silence des corps nus
L'absence bientôt.

06.03.2016

Concision 50

Lit aux draps froissés
Odeur de cheveux mouillés
Premier café noir.

03.03.2016

Concision 49

Douceur de février
Rose des premières fleurs
La ville paresse.

25.02.2016

Il ne me reste que cela

La mer          noire
et l'écume crachée par les vagues         blanche

Le bleu-vert           de tes veines
qui affleurait
sous la peau diaphane de tes avant-bras

Il ne me reste que cela

Ni ton visage
ni ton sourire qui irradiait l'espace
ne viennent désormais hanter l'ordinaire de mes nuits

Et le gris du ciel qui dévorait la lumière
Et le rose pâle de tes ongles à l'extrémité de tes phalanges

Il ne me reste que cela

Rongée par le sel des années
de ma mémoire rétinienne tu disparais

Mais la béance est             là
                                                  douloureuse            infinie.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |

Concision 48

Matin d'hiver
Goût mentholé du dentifrice
Mes tempes blanchissent.

22.02.2016

Déjà je sens ses ailes

je regardais les reflets d'argent mourir sur l'estran
et la lumière rasante du soir baigner ton visage
j'aurais voulu caresser ta joue effleurer tes lèvres
dans tes yeux je croyais deviner la mer
aveugle à ta souffrance dans l'ombre embusquée
je ne voyais que ton sourire illuminer l'espace
je ne voyais que ton sourire
crois-tu que nous aurons le temps
il me semble déjà sentir ses ailes frôler mon visage
bientôt le froid envahira mes membres
et le silence nu viendra nous séparer
crois-tu que nous aurons le temps
crois-tu que nous aurons le temps
de nous aimer encore un peu.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |

18.02.2016

Concision 47

Au bord de ce monde
Silhouettes assises
Permanence instaurée.

05.02.2016

Concision 46

Comme un paysage
Vu d'un train ma vie défile
Grise et morne.

16.01.2016

Concision 45

Perles d'eau gelée
Au fil d'acier suspendues
Mon visage se fane.

09.01.2016

Variation 8 (dernière)

Elle au collier d'acier
Lui dénudé
d’un cercle prisonnier
Elle muette
regarde masquée
Lui désespéré
Elle déroule le fil
Lui le saisit fragile
Et tout s’efface
Ne reste que désert
Espace voilé
Abîme illimité.

04.01.2016

la fabrique 10 : au bout de son sein

au bout de mon bras il y a ma main au bout de ma main il y a mes doigts au bout de mes doigts il y a ses doigts puis sa main puis son bras son épaule son cou sa joue et puis son sourire son sourire sur sa bouche carmin dans ma main sa main sa peau contre ma peau douce douce sa peau je voudrais la lécher sa peau je voudrais la lécher sa peau douce et laiteuse la lécher comme une boule de glace la lécher avec délectation la lécher lentement longuement la peau laiteuse de ses seins dans ma main la douceur de son sein la douceur d'une figue sur les lèvres ma langue sur son sein au bout de ma langue son sein au bout de son sein il y a le monde au bout de son sein le monde se tient là et il est laid ce monde ce n'est pas mon monde ce monde je ne veux pas voir plus loin que le bout de son sein je ne veux pas voir au-delà du bout de son sein mon monde s'arrête au bout de son sein mon monde c'est sa peau la douceur de sa peau et sa couleur aussi blanche que le lait mon monde c'est son sourire sur ses lèvres carmin mon monde c'est sa joue son cou son épaule son bras mon monde c'est sa main ses doigts et au bout de ses doigts mes doigts au bout de ma main au bout de mon bras c'est cela mon monde c'est cela mon monde.