Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.12.2020

EP of the month : "Live" by Sabine Happard

La nuit est tombée, décembre avance nimbé d'incertitudes, le froid humide s'empare de mes articulations. Je vois la lumière allumée dans la pièce où m'attend ma douce compagne. La ville dégueule de décorations lumineuses, je vais me mettre à l'abri, me caler au chaud et réécouter cette belle surprise de Sabine Happard, une de mes plus belles découvertes de cette année. Un premier EP qui n'est que délicatesse, sensibilité. Une voix aérienne, une légèreté d'écriture, des mélodies addictives, comme une "ligne claire". Dès les premières secondes de "Voyageur intemporel", ça me transperce. Une bouffée d'émotions. Et  "Le désastre des eaux claires", écrite pour Christophe, qui clôture cet opus de 6 titres apporte l'estocade finale. Il y a en ce chant aérien, au bord de la rupture, une grâce touchante, une fragilité en parfaite harmonie avec le propos et les compositions musicales. Des histoires qui, paradoxalement, me réchauffent le coeur car oui, il est encore possible d'être ému par les chansons d'une jeune artiste, d'éprouver un bouillonnement de sentiments, d'avoir la poitrine qui se serre à l'écoute d'une chanson comme "Les stigmates de l'amour". Que d'images suscitées. Ça me réchauffe le coeur, oui, parce que dans ce monde où la consommation de productions standardisées règne, il y a encore une place pour le sensible. Je ne sais rien de vous Mademoiselle et tant mieux, vos chansons suffisent. Je ne sais si vous rencontrerez beaucoup d'auditeurs et après tout, je m'en moque éperdument, parce que vous êtes installée dans ma maison et que je savoure égoïstement vos six chansons, bien au chaud, loin du bruit du monde. Je n'ai qu'un seul voeu, continuez à m'émouvoir, à m'embarquer dans vos histoires et vos mélodies. Et surtout, gardez le cap, tracez votre chemin que vous dicte votre coeur. Merci pour ces instants de grâce lumineuse.

 

Les commentaires sont fermés.