Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.04.2020

Video & Song of the Day : "À l'abri du vent" by Vanessa Philippe

containment journey - April 30, 2020 : Chine : du retour à l'école, des modélisations en France

Deux nouvelles ce jour. Différentes mais chacune à leur manière terrifiante.

Hier, soir j'ai reçu le protocole diffusé à tous les parents par l'établissement où ma petite-fille doit faire sa rentrée le 18 mai en Chine. Document impressionnant, clair, illustré de photos. Un document qui donne l'impression d'une préparation importante. Comme si on s'était donné le temps (depuis 3 mois et demi, pas de classe) d'essayer de limiter les risques. Rassurant et en même temps, il est effrayant de savoir que ma petite-fille va vivre un quotidien de cet ordre. Un contrôle strict est prévu, y compris par les autorités locales. Des moyens importants sont prévus. J'ai l'impression qu'ici, nous sommes très loin de ce degré d'organisation et de préparation. Comment y arriver avec des délais beaucoup plus courts et un contexte différent, des moyens plus limités et une rigueur dans l'organisation et la logistique bien moindre ? Le système de chauffage par air ventilé ou climatisé sera coupé. Contrôle de la température dans la journée, etc. Je ne sais pas si les parents d'élèves recevront un tel document ici. Cela m'étonnerait dans un délai aussi court. Et en même temps, est-ce que tout cela pourra être respecté dans les faits ? Est-ce que tout cela suffira ? Cela fait peser une responsabilité énorme sur tous ceux qui travaillent dans les écoles.

Et puis, cette étude dont l'exécutif a eu connaissance avant de prononcer ce discours sur le plan de déconfinement. Glaçantes, les modélisations annoncent de 30 000 à 200 000 morts selon les modalités de déconfinement appliquées. Les épidémiologistes concluent : « La protection des personnes vulnérables est la clé pour préserver le système de santé et éviter un reconfinement. » Tout est dit. Le chef de l'Etat a fait son choix, aucune mesure de protection particulière des personnes vulnérables n'est annoncée pour le moment, contrairement à ce qu'il avait précédemment affirmé le 13 avril. Au nom d'un refus de la "discrimination" (oh le joli mot employé que voilà !), seules des recommandations seraient faites. Alors, ainsi, il aurait décidé par sa toute puissance de monarque républicain d'exposer ceux qui, vulnérables, vont être obligés de reprendre le travail dans des conditions qui ne leur donnent aucune garantie réelle. Le seul moyen d'être protégé en limitant les risques au maximum est de conjuguer distanciation, autres mesures-barrière et masque FFP2 (ou alors masque obligatoire pour tous), et cela n'est pas décidé et bien difficile à garantir même pour les personnels de santé dont le nombre de décès n'est officiellement pas encore comptabilisé. Il faut espérer que, pour ceux qui sont contraints de travailler, des mesures seront prévues. Evidemment, il est compréhensible que les personnes plus âgées, à la retraite, aient quelque latitude mais elles ne sont pas soumises aux mêmes règles.

Basée sur la responsabilisation individuelle en oubliant de prendre en considération les contraintes qui pèsent sur les individus, cette décision est révélatrice de l'idéologie qui règne, la plus ignoble : "si vous êtes contaminés, vous serez responsables". Aucun recours, c'est vous qui aurez pris la décision de vous exposer puisque les précautions minimales prévues sur les lieux de travail auront été prises. On voit d'ailleurs que les élus réclament des dispositions afin que leur responsabilité d'un point de vue juridique soit clarifiée (et donc limitée) et que des sociétés d'huissiers proposent aux entreprises leurs services pour constater qu'elles ont bien respecté les mesures-barrières préconisées. La protection juridique s'organise peu à peu, bientôt elle sera plus élaborée et bien plus efficace que le fameux "pont aérien" d'importation de masques.

Cette idéologie qui se déploie sous des prétextes habilement choisis, est la même qui tient les raisonnements suivants en les dissimulant sous des discours plus policés : "mais si vous êtes pauvres, c'est de votre faute" "mais, du travail il y en a, il suffit de vouloir", "mais si vous échouez à l'école, c'est parce que vous ne travaillez pas assez" (ou alors, la version du doué ou du pas doué).  L'idéologie du costard : "la meilleure façon de se le payer (le costard), c'est de travailler".  Cette idéologie, cette pensée la plus répugnante qu'il soit, cette idéologie du mépris, c'est cela qui conduit à faire porter aux individus la responsabilité de leur propre mort et à s'exonérer de sa propre responsabilité.

Réjouissant, n'est-ce pas ?

Publié dans containment journey, Textes | Tags : covid-19, journal |  Facebook | |

28.04.2020

Wood 6

photographie,photogr

Photo by Play B., 2019.

Publié dans Photo, Wood | Tags : photographie, photo |  Facebook | |

Compilation & Album of the Month : Popklore" by La Souterraine

Nom de Zeus, en voilà une compilation ! Décidément, La Souterraine récidive encore et nous délivre une fois de plus une sélection de titres qui fait du bien. Un rayon de soleil qui montre que non, rien n'est foutu, il reste encore de l'espoir et autre chose que la bouillie sonore sans cesse répétée sur les ondes. Allez, continuez à défricher, à nous dégoter des pépites, à nous régaler. 

De Zusanne Léo (ah, ce manifeste addictif !), d'Ali Daniel, d'Ecran Total, de Guillaume Stankiewicz, d'Eskimo en passant par Pauline Drand (un régal de délicatesse !), 23 titres pour sortir des sentiers battus.

Oldies : "White Rabbit" by Jefferson Airplane

Je me souviens avoir entendu ce titre à la radio, enfant, dans la voiture de mon père. Plus tard, il faisait partie de nos après-midi où, collégiens, nous passions des après-midis à faire tourner des 33T, avec les Pink Floyd, les Beatles, les Stones, Hendrix, Dylan, Cohen et tant d'autres. C'était un temps où nous avions encore des illusions et des rêves, où nous voulions changer le monde, où nous nous opposions à ces adultes qui nous semblaient si rigides, si inconscients et dont nous refusions qu'ils tracent notre avenir. Nous sommes devenus des adultes et nous participons à tracer un avenir des plus sombres pour nos enfants.

La première version date de 1966 et fut interprétée par The Great Society.

Publié dans Music, Oldies | Tags : musique, chanson, music, song, jefferson airplane |  Facebook | |

27.04.2020

Song of the Day : "Des feux pour voir" by Marie-Pierre Arthur

Un peu au hasard, en dérivant sur la toile, je clique sur un lien. Un titre d'album "Des feux pour voir" m'intrigue. Je ne connais pas cette chanteuse de l'autre côté de l'Atlantique.

Huit titres. Variété des styles musicaux, des ambiances. A découvrir.

 

Containment journey - April 27, 2020 : Chine : du retour à l'école de mes petits-enfants

Depuis fin janvier, mes petits-enfants ne vont plus à l'école. Hier, enfin des nouvelles. Ma petite-fille, scolarisée dans un établissement qui accueille collégiens et lycéens devrait reprendre les cours le 18 mai. L'établissement doit mettre en place un protocole contrôlé par les autorités. Les élèves ont l'obligation de porter un masque, espacement des tables, respect des distances permanent, nettoyage obligatoire, lavage des mains à chaque changement de salle, contrôle de la température à l'entrée, chaque élève doit apporter sa lunch box, etc. Si un élève ne respecte pas les règles, il sera renvoyé systématiquement à son domicile. Bref, des conditions draconiennes dont les médias français se font peu l'écho.
Mais, mon petit-fils, plus jeune, restera chez lui. Pas d'ouverture de maternelle et d'élémentaire. Les autorités considèrent que ces enfants sont trop jeunes pour respecter les précautions.
On mesure l'écart avec ce qui est envisagé en France où on fait tout le contraire. Réouverture des écoles après une période beaucoup plus courte, en commençant par les plus jeunes, absence de port du masque... La Chine tente de limiter les risques d'un rebond de l'épidémie. En France, les apprentis-sorciers naviguent à vue. Si les personnels qui travaillent dans les écoles sont contaminés, si les parents le sont, si certains décèdent ou ont des séquelles à vie, alors qui sera responsable, qui sera jugé coupable d'avoir sciemment pris le risque de mettre en danger leur vie après avoir manqué au devoir de protéger les personnels de santé ? Pas celui qui en a pris la décision puisqu'il est protégé par son statut !
Je n'ai pas vu mes petits-enfants depuis plus d'un an. Je n'étais pas enchanté par le fait qu'ils retournent vivre là-bas. Je ne suis guère un défenseur de ce régime politique. Mais, paradoxalement, je suis presque heureux, en tout cas rassuré qu'ils ne soient pas ici. Ma fille, début mars, m'avait dit qu'elle avait plus peur pour nous que pour eux. Je comprends de mieux en mieux les raisons de son inquiétude.

J'espère les revoir un jour.

Publié dans containment journey, Textes | Tags : journal, covid-19 |  Facebook | |

la fabrique 11 : le bruit du monde

J'ai écrit et mis en ligne ce texte en mai 2016. Il me semble cruellement contemporain.

Tu as beau te perdre dans l'immensité bleue contempler le brun des algues et la ligne noire des îles au large tu ne parviens plus à oublier le monde qui t'entoure tu ne parviens plus à oublier le monde qui t'entoure Tu as beau te noyer dans des vagues de sons électroniques te plonger dans d’éclectiques lectures éviter le flot des écrans cathodiques tu ne parviens plus à oublier le monde qui t'entoure tu ne parviens plus à oublier le monde qui t'entoure Chaque matin tu marches un peu plus oppressé tu as beau presser le pas tenter de détourner le regard emprunter d'autres chemins où que tes pas te portent la misère du monde te rattrape la misère du monde te rattrape Chaque jour tu te demandes ce que sont devenus vos rêves tu voudrais échapper à cette lassitude qui t'envahit te glisser dans les interstices éviter la douleur de savoir mettre ce monde entre parenthèses mettre ce monde entre parenthèses Tu as beau vouloir espérer encore un peu tu ne parviens plus à échapper au bruit du monde qui t'entoure tu ne parviens plus à échapper au bruit du monde qui t'entoure tu ne parviens plus à échapper au bruit du monde tu ne parviens plus à échapper au bruit du monde échapper au bruit du monde échapper au bruit du monde échapper au bruit du monde échapper au bruit du monde au bruit du monde au bruit du monde au bruit du monde au bruit du monde.

 

26.04.2020

in the streets n° 40

photo, photographieo

Photo by Play B., 2019.

Publié dans In the streets, Photo | Tags : photo, photographieo |  Facebook | |

LP of the Month (1) : "For Their Love" by Other Lives

Déjà depuis deux jours, la galette transparente tourne.

D'écoute en écoute, je l'apprivoise ce nouvel album d'Other Lives.

J'alterne entre le sombre, un sentiment de désolation, une vague de nostalgie portée par ce chant, une note d'espoir, ces lumineuses compositions, ce choeur sur la magnifique "We Wait", cette ballade "Sideways" qui clôture cet opus terriblement contemporain.

LP "For Their Love" vinyle transparent, édition limitée signée, dix titres.

19.04.2020

Sea 1

SEA_1_2.jpg

Photo by Play B., 2018.

Publié dans Photo, Sea | Tags : photo, photographieo |  Facebook | |

Love Journey 33

photo,photographie

Photo by Play B., Sillon de Talbert, 2018.

Publié dans Love Journey, Photo | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

Video & Song of the Day : "Des Images" by Versari

Titre extrait de l'album "Sous la peau" en pré-commande sur bandcamp.

 

Publié dans Music, Song of the Day, Videos | Tags : musique, chanson, versari |  Facebook | |

18.04.2020

In the streets n° 39

photo,photographie

Photo by Play B., 2019.

Publié dans In the streets, Photo | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

Love Journey 32

photo, photographie

Photo by Play B., 2020.

Publié dans Love Journey, Photo | Tags : photo, photographie |  Facebook | |

17.04.2020

Song of the Week (2) : "Never one" by Tiril Hognestad

Un instant de grâce, de sérénité. Une chanson qui se déploie lentement avec une seconde partie splendide. 

Song of the Week : "Firmament" by Facteurs Chevaux

Leur premier album était magnifique, le second annoncé par ce titre le sera aussi.

Une autre "belle chose" aujourd'hui.

Et les écouter chanter en concert en première partie de Dominique A fut un superbe moment qui me donna des frissons. 

containment journey - April 17, 2020 : Des inégalités, des "invisibles" et des belles choses

Ce jour, des reportages de Mediapart qui montrent combien cette pandémie ne fait que révéler les inégalités à l'œuvre et combien ce sont les plus défavorisés qui sont touchés dans tous les domaines y compris celui de la santé.

Ce jour, cette histoire "Moi c'est Hervé" narrée par Manuel Ferrer sur sa page avec la photo d'une serviette en papier rose où ces mots sont écrits. Je la cite intégralement :

"Moi c'est Hervé."
Un homme passe dans ma rue tandis que je fumais une clope et me dit bonsoir, mais en me regardant avec insistance. Je lui réponds en ajoutant bêtement :
"- Et vivement les terrasses hein !
- Oh bah pour moi la terrasse c'est la rue... Je vais m'asseoir prendre une bière sur le pont (des Arts et Métiers d'Angers)
Je retourne le voir.
- Vous avez mangé ce soir ?
- Non
Ca tombait bien, je venais de faire un couscous pour au moins huit personnes...Je remplis un Tupperware avec un sentiment de honte, fourchette, serviette. Un homme précarisé depuis peu de temps car son visage dans la ville me disait rien.
- Vous avez où dormir ?
- Oui, pas de problème pour ce soir. J'ai pris rendez-vous avec le CCAS demain... Je vous remettrai l'assiette devant votre porte. C'est très bon, vous féliciterez madame.
- Ah mais non, c'est moi qui l'ai fait !

Je retrouve une demie-heure plus tard devant ma porte l'assiette et ce mot qui m'a bouleversé et m'a fait éclater en larmes, glissé pudiquement à l'intérieur de la serviette en papier. Comme une lutte contre cette invisibilisation qui tue. Et qui NOUS tue, aussi.

Ce jour, cette vidéo envoyée par une amie. Un jeune garçon qui, probablement, pratique la danse sur glace, danse, évolue, glisse, pieds nus sur un parquet de bois. Un instant de grâce légère.

Ce jour, encore le décompte macabre, avec tous ces anonymes ou moins anonymes.

Ce jour, vendredi, cette crise me fait réaliser pleinement qu'elle est un révélateur des relations avec les personnes que nous côtoyons, de celles avec qui nous travaillons, de celles que nous croisons, de celles avec qui les liens d'amitié ne se distendent pas malgré la distance, de celles qu'on croyait connaître et qui révèlent par leurs actes un écart entre le proclamé et le faire. Des sympathies ou amitiés se défont, d'autres se renforcent, des rencontres ont lieu, des liens même fugaces se nouent.

La vie est ainsi. Le dévoilement s'opère toujours un jour, y compris de nos propres faiblesses, de nos trahisons, de nos petites lâchetés, de nos petits arrangements, du "Fais comme si de rien n'était" qu'évoque Siri Hustvedt dans l'un de ses livres (Plaidoyer pour Eros).

Publié dans containment journey, Textes | Tags : journal, covid-19 |  Facebook | |

"Les jours où rien ne va" by Christophe

Extraite de "La vie c'est une histoire d'amour", 1973.

Publié dans Music, My Favourite Songs | Tags : musique, chanson, christophe |  Facebook | |

16.04.2020

containment journey - April 16, 2020 : Du conseil scientifique

J'ai décidé de consacrer ce billet au conseil scientifique, maillot jaune de ce jour. Installé le 11 mars 2020, cette instance a pour mission d'éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au Coronavirus. Ah le terme "éclairer" ! Plutôt que de passer mes soirées à regarder la télé, j'ai lu ses avis entre d'autres lectures moins arides. Cela m'a évité de supporter les multiples déclarations de prétendus experts et les commentaires de nombre de "journalistes" qui font tout sauf du journalisme. Ah terribles, ces moulins à paroles en continu qui sont là pour faire de l'audience et permettre de vendre des écrans de pub !

Parce qu'il me semble nécessaire que ces avis soient mieux connus, je renvoie le lecteur à la page officielle où ils sont consultables. Il serait intéressant que les citoyens connaissent les recommandations effectuées (notamment sur le déconfinement, l'équipement en masques...) et les modélisations qui servent à ce conseil. Au moins, pourraient-ils mieux se forger une opinion. Depuis le 8 avril, à ce jour, aucun compte-rendu n'a été mis en ligne. Etonnant alors qu'était annoncé un nouvel avis !

Quelques remarques à la lecture de ces avis. Il y aurait beaucoup à écrire mais je ne veux pas vous lasser alors que tout le monde n'attend que les beaux jours pour aller applaudir, les uns contre les autres, nos valeureux coureurs cyclistes sur les belles routes de notre pays.

  • Dans aucun avis, la question de la fameuse distanciation sociale n'est traitée. Comme si la recommandation actuelle de 1 m au moins était une évidence scientifique reconnue ! Curieux pour des personnes ayant normalement une rigueur scientifique ! Quelles études actuellement démontrent que c'est une distance de 1m qui est suffisante et efficace ? Pourquoi l'OMS et d'autres pays recommandent des distances plus importantes ?
  • Le conseil a pris la précaution de bien indiquer que ce sont les pouvoirs publics qui ont la responsabilité des décisions à prendre. Hé, hé, pas fous tout de même ! Faudrait pas confondre science et politique, chacun son job ! Et qui s'approche trop du pouvoir risque de se brûler les ailes, autant se prémunir d'être par la suite jugés responsables des décisions ! C'est bien pourtant ce qui s'est passé quand les avis du conseil scientifique servent de justification des décisions politiques.
  • Le confinement actuel préconisé avait seulement "un objectif à court terme" qui "était de soulager les services de réanimation français, en réduisant le nombre de formes graves nécessitant un séjour en service de réanimation." Cela ne signifie pas qu'il va stopper l'épidémie et que celle-ci le sera lors du déconfinement.
  • Le conseil s'appuie sur des modélisations. Le terme est important : modélisation ne signifie pas que c'est ou ce sera la réalité. Autrement dit, le modèle interprétatif rendu calculable peut ne pas avoir pris en compte certains facteurs ou avoir accordé un poids trop important à un ou plusieurs facteurs. Voici par exemple l'avis du conseil à partir d'une modélisation :

"Si on laisse le virus se propager dans la population, étant donné sa forte transmissibilité, on s’attend à ce qu’au moins 50% de la population soit infectée après une ou plusieurs vagues épidémiques (Anderson et al, 2020). Pour un niveau de mortalité qui est actuellement estimé à 0.5-1%, cela correspond à des centaines de milliers de morts en France avec une surmortalité importante due à la saturation des services de réanimation."

  • Remarquons que si le premier avis fait état de nombreuses publications, au fur et à mesure, peu de sources sont citées. Là encore, l'un des premiers apprentissages d'un étudiant est de toujours citer ses sources ! Alors des scientifiques reconnus et décorés (ah, ce désir de reconnaissance, peu scientifique cela !) pour certains d'entre eux devraient au moins suivre cette règle de transparence.
  • Concernant le report du premier tour des élections, ces éminents scientifiques qui, d'ailleurs, étaient loin d'être du même avis (un consensus a dû être dégagé), le conseil "a souligné que cette décision, éminemment politique, ne pouvait lui incomber.". Précaution inutile quand on lit les déclarations d'hier du sommet de l'Etat sur ce sujet. N'empêche qui s'ils avaient été un peu plus prudents et moins préoccupés par les risques de récupération de l'annulation par l'opposition, ils auraient pu conseiller une prise de décision autre. Les élus, assesseurs, citoyens qui ont participé au dépouillement et ont été contaminés leur en sauraient reconnaissants ! (Et les excuses du type "ah on savait pas à ce moment-là" ne valent rien, quand on ne peut rien dire de quelque chose, on se tait ou alors on est très prudent !).

  • Je ne peux détailler tous les avis mais ils sont hautement instructifs sur l'écart entre les recommandations de plus en plus précises de ce conseil (discutables parfois) et le flou et les incohérences prises par le politique.

L'audition d'hier au Sénat du président de ce conseil montre bien cet écart et aussi les incertitudes sur les connaissances disponibles (par exemple, l'immunité).

A l'intérieur de ce conseil siègent une anthropologue et un sociologue. On peut espérer d'eux, encore plus que d'infectiologues, une réflexion sur le passage d'une position de scientifique à celle d'un "expert" ou d'un conseiller du politique. Ce n'est pas la même position et les rapports entre science et politique ont fait depuis longtemps l'objet de travaux. Les scientifiques, même quand ils essaient d'être rigoureux, entrent dans un autre champ. Ils prennent alors en compte des considérations bien éloignées de la science. Et nous savons que rien n'empêche un scientifique  d'avoir lui aussi des croyances voire même d'être influencé par celles-ci. Notre "anthropologue experte" devrait tout de même vu ses fonctions et son parcours ne pas avoir oublié cela. Ou alors, les diplo^mes universitaires et les titres n'ont que peu de valeurs.

Bref, il est grand temps que les membres de ce conseil, qui ont cru de bonne foi (il faut l'espérer) pouvoir faire en sorte que les décisions politiques soient prises en disposant d'éléments de connaissance, de prudence, d'incertitude (il y en a beaucoup) en tirent les conséquences. Malheureusement, seule la manière dont le "déconfinement" sera organisé et un hypothétique rebond de l'épidémie viendront nous prouver si leurs recommandations auront été suivies. En tout état de cause, aucun conseil scientifique, aucun comité d'experts, aucun cabinet composé d'éminents énarques (on a vu ce que cela donnait pour la gestion des masques) ne peut confisquer la voix des citoyens. Parce que, en dernier ressort, ce sont eux qui subissent et subiront les effets de cette pandémie. Celle-ci montre aussi les limites de notre régime présidentiel et de notre constitution.  

Je souhaiterais ne pas à avoir à décerner le maillot jaune de la "naïveté politique" de ces scientifiques reconnus. 

Publié dans containment journey, Textes | Tags : journal, covid-19 |  Facebook | |