Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.01.2015

La fabrique de textes 2 : bouillie

J'ai les idées en bouillie comme de la purée de la purée de pommes de terre des pommes de terre cuites à l'eau des pommes de terre écrasées passées moulinées avec un vieux moulin en fer comme celui de ma grand-mère des pommes de terre mélangées avec du lait et une noix de beurre salé c'est bon la purée de pomme de terre quand elle est faite maison avec une noix de beurre salé c'est bon la purée de pomme de terre mélangée avec du gruyère ça s'étale dans l'assiette avec le dos de la cuillère ça remplit la bouche ça s'infiltre dans tous les interstices ça se répand partout ça dégouline la purée de pommes de terre ça sort de la bouche comme de la mousse ça gicle entre les dents c'est plus ou moins pâteux c'est plus ou moins liquide c'est plus ou moins compact la purée de pommes de terre avec une noix de beurre salé et du gruyère et une pincée de muscade en poudre et quelques grains de poivre plus c'est compact moins ça dégouline la purée de pommes de terre plus c'est inconsistant plus ça s'étale la purée de pommes de terre plus il y en a dans l'estomac moins il y en a dans l'assiette de la purée de pommes de terre purée de moine j'ai les idées en bouillie c'est bon la purée de moine avec du lait une noix de beurre salé quelques grains de poivre une pincée de poudre de muscade et du gruyère râpé c'est bon la purée je vous le dis j'ai les idées en bouillie.

23.11.2014

Variation 3

Lui de sa bouche

effleure ses lèvres

les rides de son front

Elle ferme les paupières

Lui embrasse son cou

le creux de ses reins

son ventre si doux

Elle à ses épaules

les mains accrochées

murmure qu’Il est fou

Elle Lui s’étreignent

comme si c’était

la dernière fois.

16.11.2014

La fabrique de textes 1 : suis-je assez clair ?

e x p l i q u e r

é c l a i r c i r

rendre clair donner de la

c l a r t é

et si je ne comprenais pas

ce que précisément j'explique 

comment expliquer ce que j'explique ?

l'explication doit cesser

oui mais la c l a r t é

suis-je assez clair ?

lueur OUI lueur

entrevoir une lueur

c'est facile à comprendre NON ?

voir clair

les faits sont clairs – pour qui ?

c l a r t é c l a i r

enfin

c'est clair comme de l'eau de roche

c'est clair comme de l'eau de source

c'est clair comme de l'eau de boudin

c'est clair comme de

c'est clair et net

c'est clair

NON ? NON ?

c l a r t é

clarté cognitive cog ni ti ve COG NI TI VE

COG NI QUOI

e x p l i c i t e e x p l i c i t e r

transparence

croyance mythe

c l a r t é OUI mais OUIII

c l a r t é

suis-je assez clair ?

06.11.2014

Variation 2

Lui à la fenêtre la cigarette

aux lèvres dans

la lumière crue

Elle nue recroquevillée perdue dans

les draps blancs endormie

Lui regarde sourit Elle

s’éveille regarde Lui

marche se penche Elle

Lui s’embrassent s’enlacent

s'aiment à

petits cris.

18.10.2014

Variation 1

Elle la main sur

le drap relâchée

sur ses reins Lui

la jambe pliée

de l’autre main Elle

caresse le sexe de

Lui la bouche perdue

sur sa nuque

Elle les yeux grands ouverts

Sous le regard du

miroir suspendu.

Ecrire

Poser un mot

le polir comme galet

construire le sens prendre le temps

et dans toute sa dimension

poser encore un mot

puis un autre

et un autre encore

comme graviers blancs

tracer l’allée qui serpente

artère de l’existence.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, poetry, littérature |  Facebook | |

09.08.2014

Poems : « Cheveux emmêlés », YOSANO Akiko.

22510100460450L.jpgCeux qui lisent de temps en temps ce blog savent que la littérature japonaise est l'une de celles qui m'intéresse particulièrement. Au fil de mes errances, j'ai découvert « Cheveux emmêlés » de Yosano Akiko, attiré par le titre de cet ouvrage et le nom de l'auteure. Le premier texte parcouru rapidement m'a tout de suite donné envie de poursuivre la lecture :

« Rideau de la nuit

Où s'épuisent les murmures

Dans les étoiles

Tandis qu'ici-bas les hommes

Ont les cheveux en broussaille. »

Passion, sensibilité, amour, sensualité traversent les textes qui, par leur genre poétique (tanka, en 5 vers et 31 syllabes), sont d'une pureté à vous laisser rêveur, le livre ouvert, les yeux perdus, dans un doux ravissement :

 « Court est le printemps,

Qu'y a-t-il dans la vie

Qui soit immortel ?

Et j'autorisai sa main

Sur la rondeur de mes seins. »

Publié en 1901, ce recueil de 399 textes est considéré comme une œuvre capitale du romantisme japonais.

« Cheveux emmêlés », YOSANA Akiko, Les Belles Lettres, 2010.

02.08.2014

Review : Clara Engel, une artiste sans concessions

Radicale, de l'ordre du tout ou rien.

Ces qualificatifs, je crois les avoir déjà employés pour caractériser comment l’œuvre de Cheval Blanc - même si leur style n'est pas comparable - peut être reçue.

Je pense que l'expérience est de la même nature à l'écoute des chansons de Clara Engel, jeune artiste indépendante mais déjà auteure d'une dizaine d'albums depuis 10 ans.

J'avais déjà grappillé ça et là dans ses productions, troublé non seulement par son chant mais aussi par l'une de ses pochettes (celle d'Ashes & Tangerine).

ClaraEngel a&t.jpg

En fait, ce portrait me semble représentatif de ce qui émane du travail de Clara Engel : une beauté qui refuse les effets faciles de la séduction, une œuvre qui refuse les concessions, une fragilité sombre douée d'une force née au plus profond.

Ici, il n'y a pas de place pour les artifices de la facilité.

Non, Clara Engel trace sa route singulière, une voie où la sensibilité règne, une voie où un rock profond et lyrique rôde, une voie où la tension nous prend littéralement au corps au détour d'une phrase musicale.

Et parce que le monde n'est pas que ce que nous percevons,

et parce que nous ne sommes jamais ce que nous montrons,

la dissonance qu'instille Clara Engel dans nombre de ses compositions est, me semble-t-il, une pièce maîtresse de son travail artistique.

Nous ne sommes jamais loin de la perte de l'équilibre, de la brisure, de la rupture.

C'est sans doute l'une des grandes réussites de Clara Engel que de nous emmener au point de bascule : là où les apparences deviennent des incertitudes, là où l'horizon devient soudainement trouble.

Exercice délicat parce qu'à nous placer au bord du gouffre, l'inconfort nous guette.

Mais la force de son chant, la profondeur et la puissance qui en émanent, la poésie incandescente de certains de ses textes, l'énergie viscérale de ses compositions sont là pour nous aider à poursuivre ce chemin unique en sa compagnie :

« I lift a latch
and I step into a glittering sky
I found a trapdoor in this wretched night
an amethyst eye
in the void »

Seules trois chansons de son dernier album « Looking​-​Glass Fire » réalisé en juin 2014 sont actuellement en écoute sur sa page bandcamp dont la superbe « My Beloved's Pulse » dont j'ai cité un extrait :

Profitez-en pour découvrir ses précédents albums. Voici une trop courte sélection de quelques-uns de mes titres préférés qui vous permettront, je l'espère, de découvrir l'étendue du talent de Clara Engel.

Tout d'abord, deux chansons magnifiques extraites de très bel album "The Bethlehem Tapes" paru en 2010 :

 

"Song to the Sea Witch (Disembody My Voice)", titre flamboyant extrait de l'album The Lovebird's Throat réalisé en 2012 :

"Tangerines" de l'excellent opus "Ashes &Tangerines" paru en 2014 :

 "Blind me" qui figurait dans "Secret Beasts" réalisé en 2009 :

"Whip Dance" de son album éponyme paru en 2006 :

 "Cousin Mary" et ses choeurs, présente sur l'EP du même nom en 2006 :

27.07.2014

Concision 13

Loin très loin à l'Est

La plainte aiguë des sirènes

Je compte mes pas.

Concision 14

Croisées décroisées

Jambes gainées de lycra

Le métro s'éloigne.

Concision 12

Dans l'eau sur le dos

Au rythme lent de la houle

Le ciel d'été tangue.

14.07.2014

Comme au tout début

Plus rien

Ni visages               ni objets

                                   pour se souvenir

Comme                   au tout début

Juste

La pulsation du sang

                                   dans les artères

Et le souffle de l'air     expiré

Dénuement                 radical

Dans l'attente

                                        dernière.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems |  Facebook | |

10.07.2014

Concision 10

Mes fantômes seuls

De ces choses familières

Savent la valeur.

Concision 11

Visages d'enfants

Dans la poussière grise

L'horreur sans fin.

Concision 9

Levé le regard

Entre les tours presque oublié

Un coin de ciel bleu.

05.07.2014

Concision 8

Rythme de la bêche

Mottes de terre brisées

Éloignés les songes.

29.06.2014

Last dance

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

Des bracelets de rêves oubliés

brillaient à tes poignets

Dans la lumière bleutée

je voyais ta bouche poisseuse

de gloss trembler

et le désir s'évanouissait

aux accords vénéneux des claviers

et le désir s'évanouissait

 

Je te regardais danser

dans les éclairs glacés des stroboscopes

A tes paupières fardées

perlaient des larmes

que j'aurais voulu lécher

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

 

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

et mon cœur était glacé

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

et mon cœur était glacé

et mon cœur était glacé.

 

28.06.2014

Concision 7

Goût de pain perdu

doux souvenir d'enfance

à jamais perdu.

22.06.2014

Books & Poems : « Poésies complètes », Roger Kowalski.

9782862746623.GIFL'intégralité des recueils de poèmes publiés par Roger Kowalski, mort à l'âge de 41 ans, est réunie dans ce volume édité par Le Cherche Midi en 2010. Elle est précédée de deux textes du poète dont le premier, magnifique, sur son entrée en écriture : « Naissance de l'écriture ». Le second « Prière d’insérer » s'achève ainsi :

« Convenons enfin que ces poèmes doivent être lus comme des poèmes, c'est-à-dire avec une courageuse simplicité. »

Je laisse à d'autres, bien plus érudits que moi, le soin de commenter ou d'analyser la poésie de Roger Kowalski. Ce qui, dès le premier texte lu, m'a frappé est l'extrême musicalité de l'écriture de Kowalski, son extraordinaire pouvoir de vous entraîner à dire le texte, à l'éprouver dans son rythme, son souffle, sa limpidité et sa précision.

La poésie de Kowalski est de celle qui, non seulement provoque une multitude d'images, de sensations et de sens, mais vous surprend à entendre votre voix dire celle d'un autre jusqu'à ce qu'elles se fondent en une autre voix, inconnue mais tellement familière, unique, essentielle.

 « Garde mémoire de mes os : ils sont la trop parfaite image de qui je fus. »

 Pour ceux qui souhaiteraient consulter des articles consacrés à cet auteur, je vous recommande les sites suivants :

Publié dans Lectures | Tags : roger kowalski, poésie |  Facebook | |

Concision 6

Le ciel et la mer
à l'horizon confondus
Ce bleu insolent.