Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.10.2017

Concision 70

Tendrement ses mains

Telles ailes de papillon

Effleurent ma nuit.

08.10.2017

remue-méninges 2

6. Et quand bien même le sens semblerait guider notre action, comment pourrions-nous en être certain ?

7. Pouvons-nous agir et penser l'agir dans le même mouvement ?

8. Quand nous agissons, nous agissons. Et rien d'autre.

9. Avant d'agir, nous réfléchissons parfois au comment et à nos raisons d'agir. Cela n'est pas une condition suffisante pour que notre action en découle.

10. Comment notre action découlerait de notre réflexion avant coup ? Serions-nous des automates, des mécaniques programmables ?

11. Après avoir agi, nous donnons parfois des raisons à notre action. Mais qu'est-ce qui garantit qu'elles sont les raisons de notre action ?

12. Tout cela n'est-il pas affaire de croyance ?

Publié dans Autres, Textes |  Facebook | |

23.09.2017

remue-méninges 1

1. Est-ce que le sens guide notre action ?

2. J'écris "notre" parce que je ne peux faire abstraction du fait que je suis partie prenante de ce monde.

J'en suis l'un des auteurs.

3. Ma passivité, mon indifférence ne peuvent servir d'alibi.

Je participe volontairement ou non à la création de ce monde.

4. Le renoncement, se vouloir "hors de" n'est rien d'autre que de participer en se donnant l'illusion de ne pas avoir de responsabilité.

5. Il convient de ne pas se voiler la face.

 

Publié dans Textes |  Facebook | |

22.07.2017

Concision 69

Là de dos troublée

Nue debout à contre-jour

Bouleversé muet.

29.04.2017

Concision 68

Sous un voile blanc

Endormie la ville au matin

Embrassée sa nuque.

 

25.03.2017

Argentique

A vouloir

emprisonner ton regard

seul le désespoir

a laissé sa trace

sur la pellicule

du temps capturé.

 

 

Publié dans Textes | Tags : poems, poetry, poésie, poème, littérature |  Facebook | |

11.02.2017

Concision 67

Ridé comme la mer

par les tempêtes mauvaises

Mon visage dans la glace.

 

25.09.2016

Concision 66

Le lierre serpente

sur le mur abandonné

L'été s’effrite.

 

18.09.2016

Concision 65

Effleure le crâne

Prend le corps entre ses bras

Pulsations du soir.

 

10.09.2016

Concision 64

Par les pulsations

de mon cœur dans la pénombre

Le silence irradié.

 

30.08.2016

J'ai longé le mur

j'ai longé le mur

évité les ombres

contemplé la lumière crue

sur les tombes

mordu la chair d'une figue

de celles que tu aimais

celles à la chair rouge

mes gencives saignaient

de ce sang éclatant

qui enfant me terrifiait

j'ai attendu que les étoiles trouent le ciel

une douce chaleur montait des pierres

j'ai suivi l'allée de graviers

fermé la porte des souvenirs

longé le mur

évité les ombres

mes gencives saignaient

mes gencives saignaient

 

(Texte initialement mis en ligne le 5 juillet 2015)

Publié dans Autres, Textes | Tags : poems, poetry, poésie, poème, littérature |  Facebook | |

10.08.2016

Aurore

Ce sera l’un de ces matins de rosée

tu seras toute chaude endormie

la fenêtre sera grande ouverte au bruit

des vagues sur les rochers

le soleil à peine levé dansera léger

sur tes lèvres offertes entrouvertes

sur ta main dans tes cheveux égarée

Ce sera l’un de ces matins de rosée

ta peau aura encore l'odeur de l'été

j’attendrai que tu sois éveillée

et je te regarderai.

 

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |

30.07.2016

Concision 63

Une goutte de pluie

Sur l'arête de mon nez

Si courte la vie.

 

23.07.2016

Concision 62

Inscrite sur ma chair

Une cicatrice infime

Trace ton absence.

 

19.06.2016

Concision 61

Immobile droite

Bras ballants face aux gradins

Elle les regarde.

 

05.06.2016

Concision 60

Cuivrée ce matin-là

Était la peau de ses seins

Souvenir ancien.

 

26.05.2016

Concision 58

Lumière d'orage

Fleurs roses du magnolia

Le temps se repose.

 

14.05.2016

Concision 57

Au geste de sa main

L'espace un instant dilaté

Le temps suspendu.

 

03.05.2016

Concision 56 :

Sa vie pour oreiller

Un homme dort sur un banc

Grouillement de la ville.

 

30.04.2016

Du train soudain

Du train soudain
le golfe à la vue s'offre
la mer étale
d'argent sans une ride
à l'horizon s'unit
au ciel de nuages gris
et cette lumière
qui irradie  la baie
et cette lumière
qui irradie l'océan
elle est je crois
semblable à celle
qui caressait ton corps nu
disparue soudain
cette lumière  qui me hante

 

Publié dans Autres, Textes | Tags : poème, poésie, littérature, poems, poetry |  Facebook | |