Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06.04.2015

La fabrique de textes 6 : il faut ne se conjugue ni avec rêver ni avec aimer

Il faut appeler un chat un chat Il faut dire ce que personne n'ose dire Il faut dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas Il faut être réaliste Il faut être pragmatique Il faut être moderne Il faut se défaire des idées archaïques Il faut innover Il faut libérer le travail Il faut libérer l'esprit d'entreprendre Il faut libérer l'entreprise Il faut transmettre des valeurs Il faut restaurer l'autorité Il faut responsabiliser les parents Il faut rétablir l'Ordre L'Ordre c'est important l'Ordre Il faut se serrer la ceinture Il faut faire des efforts Il faut rembourser la dette Il faut savoir être patient Il faut penser à l'avenir Il faut savoir serrer les dents Serrer les dents et se taire Serrer les dents jusqu'au sang Du sang et des larmes Il faut être sérieux Il faut que jeunesse se passe Il faut du temps au temps Il faut persister Il faut évoluer Il faut être raisonnable Il faut changer

Des « Il faut » y en a plein partout ça infeste les discours ça se propage comme la gangrène ça devient la règle obscène ça devient la charpente d'une pensée vermoulue ça sert de parapet pour protéger du vide ça sert de cache-sexe à l’absence de sens ça sent le moisi ça sent la naphtaline ça donne envie de vomir ça donne envie de fuir

J'ai envie de rêver J'ai envie d'aimer J'ai envie de soleil J'ai envie de joie J'ai envie de tendresse J'ai envie de paresse J'ai envie de rires J'ai envie de toi J'ai envie de courir J'ai envie de nager J'ai envie du goût des vagues sur ta peau J'ai envie de crier J'ai envie de danser J'ai envie de t'embrasser J'ai envie de rêver J'ai envie d'aimer

05.04.2015

Concision 28

Dans l'eau qui frémit

Transparence des navets

Rêves évaporés.

03.04.2015

Concision 26

Gouttes de cristal

Silence rose de l'aube

Mes pensées se glacent.

31.03.2015

Concision 25

Sous l'or des arbres

La quiétude du matin

Enfants tués si loin.

25.03.2015

Concision 23

J'écoute le vent

qui s'empare de la nuit

à côté paisible tu dors.

23.03.2015

In The Eyes Of Charlotte (Song for)

You said in my eyes

You could see the ocean

You said you could get lost

In the blue of my eyes

But now I'm alone I'm alone

In the silence of the night

In the silence of the night

 

Quand tu veux partir vers des contrées éloignées

A ton corps je m'accroche tel lierre à l'écorce

Mais tu te dérobes tu disparais muet

Par la fenêtre je vois ces vagues retorses

Les jours s'étirent voilés de grise douleur

Et dans les draps froids flotte toujours ton odeur

 

You said in my eyes

You could see the ocean

You said you could get lost

In the blue of my eyes

But now I'm alone I'm alone

In the silence of the night

In the silence of the night

 

Tel sable entre les doigts s'enfuit le souvenir

De tes mains sur la blancheur de mes seins offerts

Désormais mes cheveux sont couleur de l'ivoire

Et ma poitrine a oublié la joie du plaisir

Je n'entends guère la colère de la mer

Mais par la fenêtre je peux toujours les voir

Ces vagues fourbes et grises où tu as disparu

 

Oh mon amour mon unique amour

Jamais je ne verrai les îles du Cap-Vert

Ni celles si lointaines de la Madeleine

Oh my love my only love

I could never see the cape of Good Hope

The cape of Good Hope

 

In my eyes

Nobody could never see the ocean

In the blue of my eyes

There are only tears

But I'm still loving you

I'm still loving you

In the silence of the night

In the deafening silence of the night.

Publié dans Songs, Textes |  Facebook | |

21.03.2015

le temps d’aimer

au coin d’une rue j’ai croisé

un homme qui marchait

qui marchait à grands pas pressés

il tenait trois roses rouges à la main

trois roses rouges sang

de temps en temps

d’un geste élégant

il relevait une mèche rebelle

j’ai suivi l’homme qui marchait

à grands pas pressés

je l’ai suivi

au coin d’une rue

sur le trottoir d’en face

une femme l’attendait

elle était belle et souriait

au coin d’une rue

j’ai laissé l’homme marcher

à grands pas pressés vers son destin

trois roses rouges sang à la main

 

quand il a traversé

une voiture l’a renversé.

Publié dans Autres, Textes | Tags : poems, poetry, poésie, poème, littérature |  Facebook | |

Concision 21

Vers sa destinée

sur la terre du chemin

roule l'agate.

14.03.2015

Concision 22

Ciel ridé de gris

L'âge sur mes mains inscrit

L'automne s'installe.

12.03.2015

Variation 6

Sur le banc Elle

les yeux ouverts

blottie contre Lui

ferme les siens

pour se souvenir d’Elle

le grain de sa peau son odeur

son visage son sourire

dans la mémoire que retenir

les mains d'Elle de Lui

qui ne veulent se désunir.

09.03.2015

Concision 21

Au creux de ma main

la rondeur de son genou

Elle dort sereine.

06.03.2015

Concision 20

Un souffle glacial

dans ce quartier dit rénové

Je marche seul.

01.03.2015

Concision 19

Dernière chaleur

Entre mes bras léger

Mon père oscille.

27.02.2015

Concision 18

Métro Croix Paquet

Que dissimulent vos ongles

de rouge laqués ?

25.02.2015

Variation 5

Elle le visage tourné

vers la vitre du train

où meurent des gouttes de pluie

Lui regarde Elle

les yeux fermés

Lui voit sur sa joue

une larme couler

Elle tourne la tête

continue de pleurer

lentement doucement

Lui ne peut se détourner

continue de la regarder

Il voudrait tant

la voir sourire

Il la regarde et sourit

son visage s'évanouit.