Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.10.2015

LP of the Month : "Atalaye" by Watine

J'ai longtemps hésité.

Qu'ajouter aux nombreux articles écrits sur le dernier album de Catherine Watine ?

Qu'ajouter aux chroniques du cercle des critiques spécialisés dans le domaine musical ?

Cercle auquel je n'appartiens pas.

Cercle qui brille par l'éloquence de son propos, la profondeur de ses analyses et souvent par l'habileté à parvenir à se mettre plus en avant que les œuvres dont il traite.

« Je n'ai vu que la faiblesse des gens qui se mettent en avant » chante Watine dans l'une des chansons les plus marquantes de cet opus. Alors ne tombons pas dans ce travers.

Pour quelles raisons cette chanson est-elle l'une de mes préférées ?

Je crois que c'est parce que son titre aux accents enfantins, sa mise en musique et sa légèreté d'écriture parviennent presque à nous faire oublier la gravité du propos.

Légèreté et gravité.

Si Watine m'intrigue, me captive, me touche, c'est parce qu'elle me dit quelque chose du monde et pas d'elle comme certains ont pu l'écrire.

Ce n'est pas sa vie personnelle, sa vie de femme qui pourrait transparaître dans ses chansons qui m'intéresse. C'est ce qu'elle me dit de nous dans le monde. Ce qui nous anime – l'amour, l'utopie, l'idéal, l'espoir, les luttes, les sentiments. Ce qui nous révolte, nous traverse, nous blesse, nous désespère, nous déchire. L'âge qui avance, la mort qui nous attend, la haine et la guerre que l'on abhorre. Et nos déchirures. J'aime ce mot « déchirure » que Watine emploie dans l'un de ses morceaux.

Et puis, il y a, indissociable des textes, la musique et la voix qui donnent à cet album une couleur du début à la fin. Une couleur, c'est ce qui distingue les albums qui vous marquent de ceux que vous oubliez à peine entendus.

« Atalaye » est de ces albums qui demeurent en vous longtemps après l'avoir écouté. Comme ces livres que l'on conserve parce que la musique de leur écriture résonne encore des années après. Comme ces livres dont on relit avec gourmandise des passages des années après.

Mais cet opus est aussi le fruit de collaborations qui lui donnent cette couleur unique et rare dans le paysage de la chanson. Trop souvent, musiciens et arrangeurs ne sont pas cités dans les articles, comme si leur contribution n'était que mineure. Un peu comme les traducteurs.

Aux côtés de Catherine Watine, il y a des des musiciens : Martyn Barker (batterie, percussions), Ian Burdge (violoncelle), Gaëlle Deblonde (violon), Arnaud Delannoy (guitare, harpe, contrebasse et bien d'autres), Marc Denis (guitare et basse) et Paul Levis (programmation électronique, Toy instruments entre autres) que l'on retrouve aussi aux arrangements avec Arnaud Delannoy. Il y aussi Ian Caple qui a réalisé l'enregistrement du chant et des parties instrumentales. Un album, c'est aussi un objet sous forme de CD ou de vinyle. Karolina Lysiak en a réalisé le graphisme et l'artwork.

J'ai longtemps hésité mais, si vous lisez ces lignes, Madame Watine, j'espère que vous y décèlerez de la sincérité.

Au fait, je voulais vous dire, votre vinyle est bien arrivé. Je l'ai trouvé l'autre matin dans ma boîte aux lettres. Il se porte bien.

03.07.2015

Video of the Day : "Sur la Dune" by Watine

Une toute nouvelle mise en images avec les dessins délicats de Karolina Lysiak pour la chanson "Sur la dune" de Watine. Titre extrait de son dernier album "Atalaye" paru en digital il y a quelques jours.

Et puis, un petit cadeau - grâce à Catherine Watine que je remercie, les paroles de la chanson : Sur-la-dune.pdf

J'aurai l'occasion d'écrire un billet sur cet album mais uniquement à la sortie du vinyle. D'ici là, bien d'autres chroniques auront été publiées.

Publié dans Music, Videos | Tags : musique, chanson, watine |  Facebook |

24.06.2015

Allez encore un effort pour les albums de Watine et de Facteurs Chevaux

Bon, je vous ai déjà présenté deux albums qu'il me semble incontournable de soutenir : "Atalaye" de Watine et "La maison sous les eaux" de Facteurs Chevaux.

Je regarde aujourd'hui sur les pages de Microcultures où vous pouvez soutenir la parution de ces albums en choisissant un panier de votre choix et qu'est-ce que je vois ? Saperlipopette !

A un peu plus de dix jours de la fin des deux campagnes de soutien, les sommes dont ont besoin Watine et Facteurs Chevaux ne sont toujours pas atteintes !

Mais ils sont où tous ceux qui passent leur temps à parler, parler, parler encore et toujours de culture, d'art, de musique en buvant un verre dans les lieux branchouilles ?

Mais ils sont où tous ceux qui écoutent de la musique en streaming, qui profitent de spotify, de soundcloud, des name your price sur bandcamp, des compilations gratuites ?

Mais ils sont où tous ceux qui n'ont que le terme d'indépendant à la bouche, qui critiquent les bouillies industrielles fabriquées à la chaîne ?

Saperlipopette !

C'est quand même pas très risqué de passer à l'acte en s'offrant un panier, ils commencent à 7 ou 10 €, une somme bien dérisoire au regard des chansons que nous offrent ces artistes ! 

Allez, privez-vous d'un paquet de cigarettes ou de quelques cafés en terrasse et vous pourrez au moins être en accord avec le dire ! Le dire et le faire !

 

 

 

Publié dans Music | Tags : musique, chanson, watine, facteurs chevaux |  Facebook |

26.05.2015

Un album à soutenir : "Atalaye" de Watine

2015 sera l'année de la sortie du nouvel album de Watine chanté en français.

Pour soutenir la sortie d'un CD et d'un vinyle, la réalisation d'un clip et la promotion de ce nouvel opus, vous pouvez vous rendre sur microcultures, vous n'aurez plus qu'à choisir alors votre panier. Bon, j'hésite : le panier CD édition limitée ou le panier vinyle ou les deux à la fois.

En tout cas, après avoir écouté les trois titres en écoute sur la page et avoir déjà eu le plaisir d'en découvrir auparavant deux autres, je suis impatient de détenir l'album pour de bon. Je ne sais si c'est le fait de chanter en français mais je suis encore plus sous le charme de la voix de Catherine Watine. Des textes et des arrangements somptueux et délicats comme dans cette chanson récemment dévoilée :

Décidément après Orso Jesenska, Pain Noir et quelques autres, Microcultures devient incontournable pour assurer le soutien à des albums de fort belle facture.

Publié dans Music | Tags : musique, chanson, watine |  Facebook |