Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.06.2014

Last dance

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

Des bracelets de rêves oubliés

brillaient à tes poignets

Dans la lumière bleutée

je voyais ta bouche poisseuse

de gloss trembler

et le désir s'évanouissait

aux accords vénéneux des claviers

et le désir s'évanouissait

 

Je te regardais danser

dans les éclairs glacés des stroboscopes

A tes paupières fardées

perlaient des larmes

que j'aurais voulu lécher

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

 

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

et mon cœur était glacé

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

et mon cœur était glacé

et mon cœur était glacé.

 

Song of The Day : "Embers" by These Brittle Bones

On a du mal à imaginer que ces chansons sont créées par un artiste aussi jeune !

Discovery from Australia : Lupa (Imogen Jones)

Stupéfiant, 16 ans à peine, et cette jeune australienne écrit, enregistre et produit des chansons qui montrent déjà une grande maturité mais en plus elle crée ses propres vidéos.

Son premier titre commercialisé où elle excelle en tous points, et notamment vocalement, est en écoute ici :

Mais il y a d'autres chansons qui montrent son potentiel énorme tels que l'excellente "Starved" ou bien "The Infinite Colour" :

Si cette jeune fille parvient à ne pas se laisser happer par le système et à développer un style encore plus personnel, il est fort à parier qu'elle risque de nous réserver de bien jolies surprises.

Pour le moment, plusieurs de ses compositions sont disponibles gratuitement sur sa page soundcloud, alors autant en profiter !

28.06.2014

Concision 7

Goût de pain perdu

doux souvenir d'enfance

à jamais perdu.

25.06.2014

Books Review : « Sarajevo omnibus » de Velibor Čolić.

product_9782070137114_195x320.jpgLe 28 juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand de Habsbourg tombait sous les balles de Gavrilo Princip à Sarajevo. C'est à partir de cet événement qu'est construit le récit de Velibor Čolić. Mais, contrairement à ce que l'on pourrait craindre, ce livre n'a pas la lourdeur fréquente des romans historiques car ce n'en est pas vraiment un.

Truculent, habilement composé de plusieurs récits, croisant les histoires de multiples personnages, cet ouvrage s'apparente plus à un formidable livre de contes ou de légendes qui nous fait voyager à travers l'histoire, souvent tragique, de Sarajevo et des Balkans. Écrites dans un style savoureux, les histoires des différents personnages et des monuments sont passionnantes et bien souvent dramatiques comme celle de Vittek, maître d'échecs et architecte du bâtiment du Conseil à la fin du XIXe, qui mourra dans un hôpital psychiatrique. Et des histoires, il y en a bien d'autres : de celle du curé qui connut la luxure à celle de l'homme qui avait peur de sa femme à la langue de serpent.

Outre son écriture parfois poétique et sa construction habile, l'intelligence de ce livre est de nous plonger avec légèreté dans l'histoire de la Bosnie et de Sarajevo, la ville aux cent vingt minarets et aux clochers à bulbes byzantins.

Paru chez Gallimard en 2012.

Publié dans Lectures | Tags : velibor Čolić, roman, sarajevo omnibus |  Facebook | |

23.06.2014

Oldies : "Sous le soleil exactement" by Anna Karina

Évidemment, ce titre est tellement connu que j'ai hésité mais voilà, il est si lié à mes souvenirs musicaux que je n'ai pu résister. Et puis il y a Anna Karina, sa grâce et sa voix unique. Parmi mes Madeleines !

22.06.2014

Books & Poems : « Poésies complètes », Roger Kowalski.

9782862746623.GIFL'intégralité des recueils de poèmes publiés par Roger Kowalski, mort à l'âge de 41 ans, est réunie dans ce volume édité par Le Cherche Midi en 2010. Elle est précédée de deux textes du poète dont le premier, magnifique, sur son entrée en écriture : « Naissance de l'écriture ». Le second « Prière d’insérer » s'achève ainsi :

« Convenons enfin que ces poèmes doivent être lus comme des poèmes, c'est-à-dire avec une courageuse simplicité. »

Je laisse à d'autres, bien plus érudits que moi, le soin de commenter ou d'analyser la poésie de Roger Kowalski. Ce qui, dès le premier texte lu, m'a frappé est l'extrême musicalité de l'écriture de Kowalski, son extraordinaire pouvoir de vous entraîner à dire le texte, à l'éprouver dans son rythme, son souffle, sa limpidité et sa précision.

La poésie de Kowalski est de celle qui, non seulement provoque une multitude d'images, de sensations et de sens, mais vous surprend à entendre votre voix dire celle d'un autre jusqu'à ce qu'elles se fondent en une autre voix, inconnue mais tellement familière, unique, essentielle.

 « Garde mémoire de mes os : ils sont la trop parfaite image de qui je fus. »

 Pour ceux qui souhaiteraient consulter des articles consacrés à cet auteur, je vous recommande les sites suivants :

Publié dans Lectures | Tags : roger kowalski, poésie |  Facebook | |

Summer's Song : "Losange" by De la Jolie Musique

C'est l'été, cela donne envie de danser et d'être amoureux ! Un clip pour ce titre extrait de l'album "Mémoire tropicale" qui nous avait séduit lors de sa sortie.

Song of the Week : "Black River Moan" by The Sandman's Orchestra.

Une nouvelle chanson du futur album. Plus rock et cela va bien à l'un de nos duos préférés.

Concision 6

Le ciel et la mer
à l'horizon confondus
Ce bleu insolent.

21.06.2014

Album of the Month : "Sampler" by Her Name is Calla

Neuf titres, rien à écrire si ce n'est que c'est tout simplement superbe. "Her Name is Calla" que nous suivons depuis ses débuts offre un album rassemblant des titres de plusieurs projets et c'est un bien joli cadeau que ce groupe nous offre pour fêter l'été. On retrouve Tom Morris au chant. C'est en name your price sur leur page bandcamp alors n'hésitez pas. 

 

 

18.06.2014

My Favourite Songs : "Tiger's net" by Synne Sanden (remix)

Je consacrerai sans doute un jour une chronique à cette jeune artiste norvégienne lors de la sortie d'un nouvel album. Elle fut l'auteur d'un magnifique premier album "When Nobody's Around" en 2011.

17.06.2014

Cover : "Wild Horses" by The Dø.

L'autre jour, à la radio un journaliste chronique le concert des Stones et je réalise qu'ils sont là depuis plus de 50 ans ! Bon, je n'ai jamais été un inconditionnel même si ma génération fut marquée par certains titres et albums dont le désormais célèbre et encensé "Sticky Fingers" qui ne fut pas si bien accueilli que cela par la critique à sa sortie (comme quoi) !

Alors, je me mets à réécouter quelques chansons, à picorer ça et là surtout dans cette période 60-70. Et puis je me souviens de cette reprise par The Dø de 2012. Je ne suis pas toujours convaincu par ce groupe mais là, je trouve que c'est vraiment une réussite, surtout si on écoute d'autres reprises qui sont en grand nombre et parfois d'une grande médiocrité (celle de Miley Cyrus en est l'un des exemples les plus remarquables). La voix, la qualité instrumentale, l'émotion, tout y est. Une belle version.

 

16.06.2014

Books :"Yamabuki" by Aki Shimazaki.

Books :"Yamabuki" by Aki Shimazaki, Actes Sud, 2014.

 

9782330026714.jpg

Avec ce livre se clôt le second cycle romanesque d'Aki Shimazaki : "Au coeur du Yamato". Comme le précédent "Le poids des secrets", cinq courts romans le composent.
D'une grande sobriété, épurée parfois à l'extrême, l'écriture de cette auteure nous plonge dans l'intimité d'Aiko qui eut le coup de foudre pour son mari Tsuyoshi Toda dans un train. Plus d'un demi-siècle s'est écoulé et Aiko est toujours auprès de son samurai.
L'ouverture du roman - les trois premières pages, trouvera son explication et sa conclusion dans les 4 dernières pages, sans doute les plus belles et les plus émouvantes du livre.
Outre le style et le propos d'Aki Shimazaki, c'est aussi la construction de ses cinq romans qui est admirable. Chacun constitue un élément indissociable d'un ensemble plus vaste, si bien que lorsque l'on achève la lecture de la dernière histoire du cycle, la nécessité de relire l'ensemble s'impose. Il y a une grande légèreté chez cette auteure, une capacité à lier l'intime, le singulier, l'histoire individuelle et l'histoire d'un pays, à petites touches.

Légèreté comme une aquarelle ou comme le mouvement d'un pinceau traçant un kanji.

15.06.2014

Jim Putnam & Mickaël Mottet, Album éponyme, 2014.

Dans la profusion des sorties de 2014, il y a cet album fruit d'une collaboration fructueuse entre Jim Putnam et Mickaël Mottet. Dix titres dont la moitié composée par chaque artiste et interprétée par l'autre.

Des instants superbes tels "Down in the Ranks", "Let Be", "Concert of Everything", "Better Weather", "A List".

De belles chansons portées par des voix différentes mais qui conviennent parfaitement à leur style.

En écoute intégrale sur spotify :