Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.07.2014

My Favourite Songs : "Légère Eclaircie" Alain Bashung

Titre extrait de l'album "Novice" paru en 1989, avec Boris Bergman comme auteur des paroles.

10.07.2014

My Story with a Song : « Bruxelles », Dick Annegarn, 1974.

Extraites de la gangue de ma mémoire, des chansons, des balises sur l'océan, des marques sur les chemins, des vieilles compagnes, des dessins à la craie parfois presque effacés.

J'aurais pu choisir chaque titre du premier album éponyme de Dick Annegarn paru en 1974. Je me souviens avoir entendu pour la première fois cet « extraterrestre » lors de l'émission télévisée « Le petit conservatoire » de Mireille. Il y chantera la très belle « Bébé éléphant » en 1973 :



Mais, j'aurais tout aussi bien pu retenir « L'institutrice » :



Il faut regarder dans les archives de l'INA l'interview extraordinaire du chanteur par Denise Glaser (Discorama) en 1974 pour comprendre combien Dick Annegarn pouvait bousculer les codes et apporter un souffle magnifique de vie, un élan de fraîcheur. S'y annonçait déjà la suite de son parcours, sans compromissions, sans concessions.

Alors pourquoi « Bruxelles » ?

C'est probablement l'une des plus belles chansons qui traite de la relation à une ville avec celle de Nougaro pour Toulouse.

Et puis, il y a cette écriture si particulière d'Annegarn, cet artisan de la langue.

Et puis, il y a ce phrasé, ce style mélodique, cette sensibilité et cet accent qui donnent à chacune de ses chansons une couleur unique. Couleur et émotion que bien peu d'interprètes ont été capables de recréer lors de reprises.

Et puis,  il y a cette « Sophie qui ne t'avait même pas reconnu » et qui fait écho à ma propre histoire.

Et puis, il y a la magnifique version qu'en donnera Bashung en 2006 dans l'album Tribute « Le grand dîner » :



Dick Annegarn est un grand monsieur de la chanson. Toujours là, comme les grands crus qui se bonifient en vieillissant, il ne cesse de nous offrir de merveilleux instants comme dans cette magnifique chanson « Pire » de son dernier opus.


Si ce n'est déjà fait, empressez-vous d'écouter tranquillement son dernier album "Vélo va" paru en 2014 chez Tôt ou Tard.

07.07.2014

Song of the Week : "New Mountain Ballad N°1" by Bror Gunnar Jansson

Magnifique ballade extraite du second album "Moan Snake Moan" paru en 2014.

06.07.2014

My Favourite Songs : "Summer Rain"

Réunies pour cette version exceptionnelle autour d'Anna Ternheim, on reconnaîtra Ane Brun. Nina Kinert (qui prépare un nouvel album),  Ellekari Larsson (The Tiny) et le duo First Aid Kit.

29.06.2014

Last dance

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

Des bracelets de rêves oubliés

brillaient à tes poignets

Dans la lumière bleutée

je voyais ta bouche poisseuse

de gloss trembler

et le désir s'évanouissait

aux accords vénéneux des claviers

et le désir s'évanouissait

 

Je te regardais danser

dans les éclairs glacés des stroboscopes

A tes paupières fardées

perlaient des larmes

que j'aurais voulu lécher

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

et tes lèvres m'adressaient

un dernier baiser

 

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

de Chinese Army

et mon cœur était glacé

Je te regardais danser

sur « Train in the Night »

et mon cœur était glacé

et mon cœur était glacé.

 

23.06.2014

Oldies : "Sous le soleil exactement" by Anna Karina

Évidemment, ce titre est tellement connu que j'ai hésité mais voilà, il est si lié à mes souvenirs musicaux que je n'ai pu résister. Et puis il y a Anna Karina, sa grâce et sa voix unique. Parmi mes Madeleines !

21.06.2014

Album of the Month : "Sampler" by Her Name is Calla

Neuf titres, rien à écrire si ce n'est que c'est tout simplement superbe. "Her Name is Calla" que nous suivons depuis ses débuts offre un album rassemblant des titres de plusieurs projets et c'est un bien joli cadeau que ce groupe nous offre pour fêter l'été. On retrouve Tom Morris au chant. C'est en name your price sur leur page bandcamp alors n'hésitez pas. 

 

 

17.06.2014

Cover : "Wild Horses" by The Dø.

L'autre jour, à la radio un journaliste chronique le concert des Stones et je réalise qu'ils sont là depuis plus de 50 ans ! Bon, je n'ai jamais été un inconditionnel même si ma génération fut marquée par certains titres et albums dont le désormais célèbre et encensé "Sticky Fingers" qui ne fut pas si bien accueilli que cela par la critique à sa sortie (comme quoi) !

Alors, je me mets à réécouter quelques chansons, à picorer ça et là surtout dans cette période 60-70. Et puis je me souviens de cette reprise par The Dø de 2012. Je ne suis pas toujours convaincu par ce groupe mais là, je trouve que c'est vraiment une réussite, surtout si on écoute d'autres reprises qui sont en grand nombre et parfois d'une grande médiocrité (celle de Miley Cyrus en est l'un des exemples les plus remarquables). La voix, la qualité instrumentale, l'émotion, tout y est. Une belle version.

 

15.06.2014

My Favourite Songs : "Germination" by Charlotte & Magon, 2013.

Il y a cette voix, ce timbre de Charlotte Cegarra et ces arrangements. 

Il y a quelque chose qui évoque Goldfrapp, celui du début, du magnifique "Felt Mountain".

Cette chanson est extraite du très bel EP "Life Factory" paru en 2013. J'aurais pu choisir "Black Horses" où le duo excelle aussi. Empressez-vous de vous le procurer sur leur page bandcamp.

 Un album "Love Happening" était déjà paru en 2009 :

Il ne faut pas cependant se fier aux albums studio, le duo accompagné de plusieurs musiciens peut être beaucoup plus rock sur scène :

14.06.2014

My Favourite Songs : "Seventeen" by Johnossi & Anna Ternheim

Ces deux voix se marient parfaitement. Une très belle version que je considère nettement au-dessus de la version originale.

Et puis, il y a Anna Ternheim que j'apprécie depuis ses débuts.

12.06.2014

My Favourite Songs : "Giving Up Everything" by Natalie Merchant

Titre extrait du dernier dernier album éponyme de Nathalie Merchant paru en 2014. Un timbre de voix unique.

11.06.2014

Discovery : Duo "Down Like Silver"

Parfois, je n'essaie pas de comprendre les textes, je me laisse juste porter par les voix. Avec ce duo formé par Peter Bradley Adams et Caitlin Canty, c'est le cas.

J'aime la combinaison de leurs voix, ce folk simple mais efficace. Ils ne révolutionnent pas le genre mais c'est tout simplement agréable à écouter et c'est déjà beaucoup.

Ensemble, ils ont composé un ep éponyme en 2011 dont le titre phare a été mis en images.

Fin 2013, deux nouvelles chansons sont parues en "name your price" sur leur page bandcamp.

Chacun mène aussi une carrière solo. Le dernier album de Peter Bradley Adams paru en 2014 est disponible ici.

Caitlin Canty est l'auteur d'un album "Golden Hour" paru en 2012.

10.06.2014

My Favourite Albums : "Et après, on verra" by Lou, 2010.

J'ai découvert Lou tardivement, un peu par hasard. Je ne connaissais rien de ses précédents albums. C'est sa prestation dans une émission de France 3 où elle était accompagnée de musiciens en parfaite osmose qui m'a littéralement aimanté. Cette alchimie parfaite entre musique, chant et texte.

Je me suis alors empressé d'écouter et d'acheter cet album. Huit titres et des joyaux, des chansons si parfaites que l'on rêverait d'avoir le talent de les écrire et de les composer. Pour moi, Lou symbolise la grâce, l'élégance et la légèreté dans le paysage français musical, y compris lorsque les thèmes sont des plus graves, des plus mélancoliques, des plus sombres.

L'album s'ouvre par la splendide « La prunelle des yeux » à l' écriture concise, limpide mais d'une rare force évocatrice :

« J’ai eu du soleil

Des démons et des merveilles

Plein, la prunelle de mes yeux »

« J’ai eu comme toutes les filles

Des mains sur mes chevilles

Qui font monter les larmes aux yeux »

Et des chansons ciselées où chaque mot, chaque note est comme une évidence posée, comme inévitable, il y en a d'autres qui, parfois, vous plonge dans une mélancolie insondable. La somptueuse « Oceanic sentiment » :

« Se rouler dans la terre humide

Dans l’odeur de l’herbe coupée

Se souvenir de l’amour vide

Etre le seul à aimer »

 

La magnifique «  Je n'ai rien fait » où la voix de Lou est encore plus fragile et troublante. « Tous les jours », « D'avril à juillet » et « La côte sauvage » s'enchaînent et, déjà, le dernier titre. Vingt-quatre secondes minimalistes de guitare électrique scandées de batterie légère et puis :

« D’accord pour la vie

D’ailleurs pour la mort aussi

C’est plié, abandonné

Sur la plage aux crustacés »

Et « Plus rien », la chanson qui clôture l'album se poursuit, parfaite, magnifique, épurée, dans ses boucles lentes électriques pour s'achever par ces mots qui s'étirent :

« Plus rien

Plus de corps, plus d'écran

Plus rien

Dehors, dedans

Plus rien »

 

 

Mais l'écoute de Lou ne se résume ni au texte ni au chant. C'est aussi une expérience corporelle où le rythme de ses mots et de sa musique, son souffle, vient s'inscrire. Ses chansons me donnent une envie de bouger lentement, presque lascivement. Il y a une forme de sensualité presque paradoxale avec la teneur de son propos. Je ne sais rien du parcours artistique de cette artiste mais je trouve qu'il y a quelque chose de l'ordre du mouvement, de la danse dans la maîtrise de la durée, de l'ondulation, de l'oscillation lente.

Loin d'une apparente simplicité, le miracle des compositions de cet album est de provoquer une sensation de coulé, d'ondoiement, de mouvement épuré, de fragile retenue. Peu d'albums provoquent de telles sensations.

Simple amateur de musiques, je ne maîtrise ni le vocabulaire ni les codes de la critique et encore moins les subtilités des références musicales. Mais il me semble que Lou trace une voie originale dans la chanson pop française. Un quatrième album serait en préparation. Je l'attends avec impatience.

Les trois albums de Lou sont en écoute et disponibles sur sa page bandcamp. Ne vous en privez surtout pas.

08.06.2014

"Hot Dreams" by Timber Timbre.

Nul n'est besoin de présenter ce dernier album qui a fait l'objet de multiples chroniques dans revues et blogs. J'ai suivi Timber Timbre depuis l'époque où le succès n'était pas encore aussi large que maintenant.

Décontenancé par le premier titre "Hot Dreams" dévoilé avant la sortie de l'album puis un peu agacé du concert de louanges dans la presse et les blogs musicaux, bien souvent prompts à encenser les groupes ou artistes dès lors que le succès commercial est au rendez-vous, j'ai bien failli ne pas l'écouter !

Heureusement, j'ai cédé et je ne le regrette pas.

Il y a cette voix unique et cette musique cinématographique.

Des titres superbes tels "The Three Sisters", "Beat the Drum Slowly" ou bien encore "Curtains?!"

 

 

Music Albums Review : duo RØST, Ditte Rønn & Søren Bebe

Il y déjà presque deux ans, j'ai écrit un texte qui connut de multiples versions. Un texte inspiré par l'écoute du duo danois RØST composé de Ditte Rønn et Søren Bebe. Chacun de ces artistes a aussi tracé sa voie musicale que je présenterai dans cette chronique.

Voici l'une des versions de ce texte qui n'a pas disparu du monde numérique en guise d'introduction, accompagnée de l'une des chansons qui l'inspira.

Voce

Posée sur le silence

une note de clavier

délicate éphémère

dissipe la brume qui couvre la plaine assoupie

Au loin

à peine visible

un océan de souvenirs amers

que trouble l'écume grisâtre des vagues

Dans l'immensité

plus douce que la peau des paupières

une voix de femme s'élève

Lentement

la mélancolie s'insinue

le chant emplit l'espace

cristallin

et l'air vibre d'arpèges lumineux

Quelque part

lancinant

le son d'un portail abandonné

qui grince sous le vent

Les vocalises se déploient résonnent s'éteignent

Murmures

La note retentit encore

suspendue

puis meurt

Ne demeure précieux

qu'un instant fragile de bonheur.

La collaboration des deux artistes danois a donné naissance à trois albums. « Improvisationer » en 2009 composé de 12 titres piano-voix où le jeu de Soren et la voix chaude de Ditte font merveille comme dans le très beau « Seks » :

Le magnifique « Drømte mig en drøm » paraît en 2011. Le duo revisite magistralement des titres traditionnels, appartenant au folklore danois. Le disque est ouvert par le somptueux « Jeg gik mig ud en sommerdag » et offre avec ses huit titres des ambiances splendides :

En 2013, paraît la musique composée par le duo pour « Dokumentaristen » un spectacle écrit et mis en scène par la compagnie théâtrale danoise « Team Teatre ».

Mais, chaque artiste développe aussi ses projets personnels.

L'année 2012 voit le premier album solo de Ditte Rønn paraître : « Echoes of Madeleine » avec la collaboration de Sune Skuldbøl Vraa Nielsen. 

Douze titres le composent dont les très beaux « Here I Am », « Emotianal »,« Recovering », « I Go As Deep As I Can Go », « The Sea », « Be Kind » ou « I Won't Tell ».

Variant les ambiances, le disque montre les talents de chanteuse, d'interprète et de compositrice de Ditte Rønn.

 

Quant à Søren Bebe, il poursuit sa carrière de pianiste mais aussi de compositeur. Il connaît un succès de plus en plus important avec son trio, notamment avec l'album "A Song for You" paru en 2012 qui comporte de lumineuses compositions :